Après un succès inattendu aux législatives, le RN fait face au défi du recrutement

Les députés RN posent pour leur photo à l'Assemblée nationale, le 22 juin 2022.  - Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Les députés RN posent pour leur photo à l'Assemblée nationale, le 22 juin 2022. - Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Alors que les députés du Rassemblement national fraîchement élus prennent leurs quartiers à l'Assemblée nationale, commence le casse-tête du recrutement des assistants parlementaires. Car après avoir créé la surprise avec 89 élus dimanche, le parti d'extrême droite doit désormais trouver trois collaborateurs par député, soit près de 300 personnes.

"C'est vraiment beaucoup", a lâché auprès de BFMTV un député nouvellement élu, inquiet de l'ampleur de la tâche qui s'annonce.

"10 à 20 demandes par jour"

Et les postes seraient très convoités, selon plusieurs élus. "On reçoit tous beaucoup de CV en ce moment", a assuré Gilles Penelle, membre du bureau national du parti. "Nos boîtes mail explosent."

"Je crois que chaque député reçoit 10 à 20 demandes d'embauche par jour" a chiffré de son côté Laurent Jacobelli, député RN de Moselle, avant de préciser: "Nous travaillons sur ces demandes, nous les centralisons, nous étudions ces parcours, nous voulons les meilleurs assistants pour les meilleurs députés, nous aurons très vite l'effectif au complet."

En effet, les candidats aux postes vacants devront non seulement convaincre le député pour lequel ils veulent travailler, mais aussi un jury composé de quatre personnes.

De nouveaux cadres pour le parti

En parallèle du recrutement des collaborateurs parlementaires, c'est une autre grande opération d'embauche qui va s'organiser au Rassemblement national, car de nombreux cadres du parti arborent désormais l'écharpe tricolore.

"Caroline Parmentier (conseillère presse de Marine Le Pen, ndlr) est désormais à l'Assemblée nationale, Alexandre Loubet (directeur de la communication du RN) également, donc on sera probablement amenés à recruter au siège, les gens qui ont été élus sont amenés à avoir des fonctions politiques dans le mouvement" a déclaré Jordan Bardella, président du parti lors d'une conférence de presse jeudi.

Parmi les candidatures reçues, beaucoup proviendraient d'anciens collaborateurs issus du groupe les Républicains, toujours selon Jordan Bardella. Le parti pourrait aussi faire son marché auprès de Génération Z, le mouvement des jeunes avec Éric Zemmour.

"On regarde tous les CV et peu importe les horizons politiques du passé. Si on a des personnes qui veulent faire un bout de chemin avec nous, on saura s'accorder", a reconnu David Rachline, vice-président du parti.

Un choix qui peut étonner, après que Marine Le Pen a refusé toute alliance avec le parti d'Eric Zemmour aux élections législatives.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles