Après le second tour de la présidentielle, France Inter piratée

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron, invité de la matinale de France Inter le 22 avril, deux jours avant le second tour de l'élection présidentielle. (Photo: THOMAS COEX via AFP)
Emmanuel Macron, invité de la matinale de France Inter le 22 avril, deux jours avant le second tour de l'élection présidentielle. (Photo: THOMAS COEX via AFP)

Emmanuel Macron, invité de la matinale de France Inter le 22 avril, deux jours avant le second tour de l'élection présidentielle. (Photo: THOMAS COEX via AFP)

PRÉSIDENTIELLE 2022 - Rebelote pour les ondes de France Inter. Selon les constatations de plusieurs médias, les antennes de France Inter ont une nouvelle fois été détournées ce dimanche 24 avril, comme au premier tour.

Le Monde ainsi que Radio France, via leurs journalistes, ont constaté ce nouveau piratage à Paris et dans plusieurs autres villes de France lors de la soirée électorale du second tour qui a vu Emmanuel Macron réélu avec 58,5% des voix.

Selon des journalistes du Monde, “il s’agit d’un montage de discours passés d’Emmanuel Macron”, comme ils l’ont indiqué sur Twitter. “Nous sommes en guerre contre le capitalisme mondial”, pouvait-on entendre dans ces extraits de discours détournés.

Une journaliste de Radio France a également partagé une vidéo pour illustrer ce nouveau piratage des ondes du service public, localisé ici dans le 20e arrondissement de Paris.

Dans cette vidéo, on peut entendre la voix d’Emmanuel Macron sur un léger fond musical. “Je n’ai aucune envie de faire 5 ans de plus”, peut-on aussi entendre dans cet extrait de moins d’une minute.

Sur Twitter, plusieurs témoigagnes relatent ce piratage avec des détournements des paroles du chef de l’État. Un auditeur a également partagé un extrait de ce que l’on pouvait entendre sur France Inter.

Ces différents témoignages correspondent au signalement adressé par le média indépendant “lundimatin” sur Twitter ce dimanche qui faisait état dès 21h20 de plusieurs échos de piratage sur les ondes de la radio publique dans plusieurs villes en plus de la capitale française, comme Rennes, Lyon ou Nantes.

France Inter piratée lors des deux tours de la présidentielle

Le 10 avril, durant l’annonce des résultats du premier tour de la présidentielle, un dispositif de piratage similaire avait déjà été observé aux alentours de 20 heures, notamment sur le réseau FM de Paris-Est.

Au moment des résultats et analyses traditionnels du premier tour de l’élection présidentielle, un ”émetteur pirate a soufflé la fréquence de la station”, une technique interdite, a précisé la radio à l’AFP, confirmant une information du journal Le Monde.

Selon le quotidien, “un discours de quelques minutes dirigé contre les politiques, les technocrates ou encore les journalistes” a été diffusé “en boucle” pendant plus d’une heure et “n’était toujours pas interrompu à 21h27”.

Laurence Bloch, patronne de France Inter, avait même présenté ses excuses aux auditeurs de la station sur Twitter.

Nous “sommes absolument désolés et faisons tout pour comprendre ce qui s’est passé et éviter que cela se reproduise”, avait-elle écrit au cours de la soirée.

Ce dimanche, aucune information ou revendication n’a été officialisée pour ce nouveau piratage au soir du second tour.

À voir également sur Le HuffPost: Emmanuel Macron réélu: le soulagement et la joie de ses militants

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles