Après une sécheresse inhabituelle, le Yémen noyé sous des pluies torrentielles

Photo KHALED ABDULLAH REUTERS.

“Le centre météorologique national s’attend ce dimanche [24 juillet] à une persistance des pluies orageuses plus ou moins torrentielles”, voire des chutes de grêle, rapportait le 24 juillet le site du journal yéménite Mareb Press, mettant en garde la population “contre les glissements de terrain et les éboulements de roches”.

Ce sont surtout les régions montagneuses de l’ouest du pays qui sont concernées, du Jawf à Al-Bayda en passant par Marib, mais également dans le gouvernorat de Chabwa et dans le Hadramaout, dans le sud-est aride du pays.

Hier, le 24 juillet, le site yéménite Bawabati indiquait une “hausse des victimes des inondations en cours dans plusieurs régions, à plus de vingt personnes en vingt-quatre heures”, dont une famille de dix personnes, surtout des femmes et des enfants, noyées quand leur voiture a été emportée dans le gouvernorat de Chabwa. Quatre enfants ont également péri dans l’effondrement d’un immeuble dans la capitale Sanaa.

Par ailleurs, “des camps de personnes déplacées ont subi d’importants dégâts” avec perte de tentes, de denrées alimentaires et de citernes d’eau, précise le site.

Des milliers de déplacés

Ces pluies exceptionnelles durent depuis le 13 juillet, selon le site qatari Al-Araby Al-Jadid, qui évoquait la semaine dernière 13 500 familles de déplacés dans plus de 197 camps situés dans le gouvernorat de Marib.

L’année dernière déjà, des pluies torrentielles en plein mois de juillet avaient fait des morts dans le sud et l’est du pays, rapportait alors le quotidien saoudien Arab News.

“Les hauts plateaux du nord-ouest connaissent des pluies saisonnières de la fin du printemps au début de l’automne, expliquait le journal. Mais cela ne correspond pas au sud et à l’est du Yémen, régions habituellement à sec à cette période de l’année.”

Selon le Programme des Nations unies pour le développement (UNDP), le Yémen est particulièrement exposé aux risques climatiques :

“Le Yémen est fortement vulnérable aux impacts du changement climatique tels que les sécheresses, les inondations extrêmes (...) et une augmentation de la fréquence et de la gravité des tempêtes et la hausse du niveau de la mer.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles