Après le rodéo de Pontoise, le suspect expulsé de son logement à la demande de Gérald Darmanin

Photo
Jose Maria Hernandez / EyeEm / Getty Images/EyeEm

Jose Maria Hernandez / EyeEm / Getty Images/EyeEm

Après le rodéo de Pontoise, le suspect expulsé de son logement à la demande de Gérald Darmanin (Photo d’illustration d’un policier)

RODÉO URBAIN - À la demande de Gérald Darmanin, le préfet du Val d’Oise a fait procéder ce mardi 30 août au matin à l’expulsion des occupants du logement social de l’auteur du rodéo urbain, survenu à Pontoise le 5 août dernier.

Cette décision a été prise « sur instruction du ministre de l’Intérieur et en application d’un jugement du tribunal de Pontoise », précise la préfecture dans un communiqué. Sur Twitter, Gérald Darmanin confirme également que cela a été fait sur son « instruction ».

Le vendredi 5 août, vers 21h15, la petite fille « jouait à chat » avec un garçon de 11 ans sur une esplanade, dans le quartier des Hauts Marcouville à Pontoise, lorsqu’ils ont été percutés par un motard qui a pris la fuite.

Présentant un traumatisme crânien, la fillette avait été opérée à l’hôpital Necker à Paris. Le garçon, souffrant d’une fracture du tibia péroné avait été hospitalisé à Amiens.

L’auteur des faits mis en examen et écroué

Le lendemain, en début d’après-midi, le motard, un jeune homme de 18 ans, s’est présenté au commissariat avec son avocat et a reconnu les faits. Il a été mis en examen et écroué le 8 août pour « blessures involontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à trois mois » aggravées par deux circonstances, le délit de fuite et le manquement à des obligations de sécurité.

« Il est véritablement temps, à travers des sanctions exemplaires, de démontrer que des rodéos de ce type-là qui peuvent avoir des conséquences absolument dramatiques, ce n’est pas un jeu, ce n’est pas un amusement, c’est de la délinquance », avait alors commenté sur BFMTV la maire LR de Pontoise, Stéphanie Von Euw.

Elle avait également annoncé que la municipalité avait demandé au bailleur social présent sur le quartier qu’une procédure d’expulsion soit engagée à l’encontre du jeune homme.

À voir également sur Le HuffPost : Éric Dupond-Moretti assure n’avoir « jamais été informé » du karting à la prison de Fresnes

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi