Après un Ramadan inédit, les musulmans fêtent l’Aïd el-Fitr sur fond de coronavirus

Alors que le Ramadan, le mois sacré de jeûne, s’est déroulé dans une ambiance inédite cette année, sur fond de pandémie de Covid-19, il en sera de même pour l’Aïd el-Fitr, la fête qui le conclut ce dimanche 24 mai. D’un couvre-feu renforcé en Égypte à la réouverture de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, de nombreux pays musulmans ont pris des mesures particulières.

Couvre-feu renforcé pour l’Aïd en Égypte. Déjà en vigueur depuis le mois de mars, il débutera à 17h dès dimanche, au lieu de 21h jusque-là. Pour la fête de fin du Ramadan, « tous les magasins, centres commerciaux, restaurants, lieux de divertissements, plages et parcs publics seront fermés », a prévenu le gouvernement égyptien.

En Syrie, pas de prières collectives pour l’Aïd : les autorités invitent les fidèles à prier à la maison, avec des mesures similaires qui ont été prises dans d’autres pays de la région, comme la Turquie, où un confinement quasi total a été décrété.

Aux Émirats Arabes Unis, les mosquées restent fermées. De plus, les autorités demandent à la population d’éviter les visites familiales, un couvre-feu débute à 20h, voire à 18h heures dans les quartiers où sont logés les travailleurs immigrés - soit la grande majorité de la population.

Déplacements déconseillés mais pas interdits en Iran

En Iran, pays durement touché par la pandémie, le gouvernement déconseille à la population de voyager d’une province à l’autre afin d’éviter de propager le virus. Les déplacements entre les 31 provinces iraniennes sont toutefois déconseillés, mais pas interdits.

Enfin à Jérusalem, l’autorité religieuse palestinienne annonce que la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher rouvriront après l’Aïd el-Fitr. Ces derniers jours seules les prières en plein air étaient autorisées sur l’Esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam.

À lire aussi : Coronavirus: les Indonésiens bravent l’épidémie pour fêter l’Aïd au village