Après le rachat du Red Star, colère des supporters et mobilisation politique

Alors que le Red Star a officiellement été racheté par un fonds d'investissement américain, 777 Partners, les supporters comme des personnalités politiques et artistiques se mobilisent face à cette opération contraire aux valeurs que véhicule le club (photo d'archive prise en janvier 2019). (Photo: ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)
Alors que le Red Star a officiellement été racheté par un fonds d'investissement américain, 777 Partners, les supporters comme des personnalités politiques et artistiques se mobilisent face à cette opération contraire aux valeurs que véhicule le club (photo d'archive prise en janvier 2019). (Photo: ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Alors que le Red Star a officiellement été racheté par un fonds d'investissement américain, 777 Partners, les supporters comme des personnalités politiques et artistiques se mobilisent face à cette opération contraire aux valeurs que véhicule le club (photo d'archive prise en janvier 2019). (Photo: ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

FOOTBALL - Qu’ont en commun la rappeuse Casey, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, l’auteure Virginie Despentes, l’ancienne ministre Marie-George Buffet et le maire écologiste de Grenoble Éric Piolle? Ce vendredi 13 mai, tous signent un texte publié dans Le Monde rejetant le rachat du Red Star FC, club emblématique du football français basé à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, par un fonds d’investissement américain, 777 Partners.

Une tribune publiée à l’initiative des supporters de “l’étoile rouge”, en particulier le Collectif Red Star Bauer (qui œuvre pour que le club continue d’évoluer, comme depuis plus de 110 ans, dans son stade historique) et les Red Star Fans, le groupe de supporters actifs.

Des passionnés d’un football populaire et d’un club ancré dans sa ville et son département, qui se placent en opposition avec le business des clubs milliardaires qui se disputent la Ligue des champions en dépensant des sommes folles. “Or, cet espace hors du temps est menacé par le rachat du club par le fonds d’investissement américain 777 Partners”, peut-on lire dans le texte.

Le foot français victime de “prédateurs financiers”

Car en quelques semaines, le producteur Patrice Haddad, désormais ex-propriétaire du Red Star, a bouclé la vente à un acteur aux valeurs difficilement conciliables avec celles des supporters et des dizaines de personnalités artistiques et politiques qui les soutiennent. Un fonds d’investissement qui enchaîne les acquisitions (Vasco de Gama au Brésil, Standard de Liège en Belgique, Genoa en Italie) à des tarifs très largement supérieurs au marché, sans que cela soit pour le moment suivi d’un projet tangible ou d’une réussite sportive.

De quoi attiser l’inquiétude des signataires de la pétition de ce 13 mai. “Le football français est devenu pour ces prédateurs financiers un nouvel eldorado”, peut-on lire. Une référence en creux au destin tragique de Bordeaux et Nancy -pour ne citer qu’eux-, institutions du football français acquises par le même genre d’acteur et aujourd’hui en passe de sombrer (les Girondins sont derniers de Ligue 1, et l’ASNL a déjà été reléguée en National).

“La construction de clubs affiliés s’impose aux quatre coins du globe comme le nouveau modèle économique en vogue permettant de piller des centres de formation, de spéculer, de multiplier les transferts et les transactions opaques entre clubs franchisés”, développe ainsi la tribune publiée dans Le Monde. Et de déplorer que les acteurs du football français, comme les décideurs politiques ferment les yeux sur ce processus en branle partout dans le monde, mais où la région parisienne, premier vivier de joueurs professionnels au monde avec le Brésil, est particulièrement ciblée.

Des accusations auxquelles Patrice Haddad, qui restera en poste comme président malgré la vente, a répondu dans les colonnes de L’Équipe. “Ce n’est pas un fonds froid qui cherche un retour sur investissement à court terme”, assurait-il mercredi, au moment où la concrétisation de la vente était annoncée. Avant d’ajouter que 777 Partners a “perçu dès le départ notre dimension particulière, sur ce territoire (...) Comment protéger le foot populaire, si ce n’est avec des moyens? Comment garder des places à 10 euros? Cela se finance, tout ça.”

“Pour nous, le Red Star est un bien commun qui ne peut être sacrifié sur l’autel du profit”, conclut toutefois la tribune des supporters et de leurs soutiens, bien loin d’abonder dans le sens de Patrice Haddad. “Nous appelons l’ensemble des supporteurs du Red Star et les amoureux du ballon rond à travers le pays à bloquer la vente et à se mobiliser pour faire de ce combat un combat national contre le football business et défendre une autre vision du football.”

À voir également sur Le HuffPost: “Casse-toi Roxana!”:La ministre des sports expulsée du stade Bauer par des supporters du Red Star

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles