Publicité

Après le «Qatargate», se dirige-t-on vers un «Russiagate» au Parlement européen?

D'après une enquête menée au départ par les services de renseignement tchèques, Moscou aurait tenté de tisser un réseau d'influence jusqu'au sein-même de l'institution du Parlement européen

Avec notre correspondant à Bruxelles, Jean-Jacques Héry

Tout part d'un site internet « Voice of Europe » (« la Voix de l'Europe », en français). Ce site, basé en République Tchèque, a récemment attiré l'attention des services de renseignement. Après enquête, il s'est avéré qu'il était financé par un proche de Vladimir Poutine avec pour mission de diffuser la propagande russe sur l'Ukraine.

Prague a fait fermer le site et affirme que celui-ci constituait la pierre angulaire d'une chaîne d'influence pro-Moscou qui s'étendrait jusqu'au sein-même du Parlement européen. L'information a été confirmée cette semaine par le Premier ministre belge Alexander De Croo devant la Chambre des représentants belge. « La Russie a payé pour promouvoir sa propagande, il s'agit de parlementaires touchant de l'argent », a même précisé le chef du gouvernement.

« La Russie tente tout pour essayer de nous diviser »

À écouter aussiIci l'Europe - Charles Michel: «Le Kremlin accuse l'Ukraine de manière saugrenue»


Lire la suite sur RFI