Après les propos de Cayeux, des associations LGBT refusent de se rendre à "un dîner des fiertés"

Caroline Cayeux à la fin du défilé du 14 juillet 2022 à Paris  - Ludovic Marin/AFP
Caroline Cayeux à la fin du défilé du 14 juillet 2022 à Paris - Ludovic Marin/AFP

Une semaine après, les propos de Caroline Cayeux ne passent toujours pas. Plusieurs associations LGBT ne se rendront pas ce mercredi soir au "dîner des fiertés", organisé par Isabelle Rome, la Ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, la Diversité et l'Égalité des chances.

"Participer à un évènement festif, ça pose un vrai problème. Le gouvernement est une institution collégiale, solidaire. Ce que dit l’un des membres engage finalement tous les autres membres, au moins d’un point de vue symbolique", assure Fabien Joly, le porte-parole de l'association des familles homoparentales sur BFMTV.

Des excuses jugées pas suffisantes

SOS Homophobie et l'Inter-LGBT -officiellement pour des questions d'agenda- n'ont pas non plus répondu favorablement à l'invitation du ministère.

La ministre des Collectivités territoriales est très fragilisée depuis ses déclarations polémiques le 13 juillet dernier. Interrogée sur Public Sénat sur des propos tenus en 2013 dans lequel elle voyait dans le mariage pour tous "un dessein contre-nature", elle a affirmé les "maintenir évidemment". Et la ministre d'ajouter:

"J’ai beaucoup d’amis parmi tous ces gens-là. Franchement, c’est un mauvais procès qu’on me fait et ça m’a beaucoup contrarié", a-t-elle ajouté.

Malgré des excuses quelques heures plus tard sur Twitter puis dans un entretien au Parisien, le gouvernement fait le service minimum pour la défendre. Une tribune de membres de la majorité publiée dans le Journal du dimanche pose même la question de "son maintien" au sein de l'exécutif.

"Si 'ces gens-là' avaient visé des personnes juives, est-ce que ça aurait été tolérable?"

Interrogée à plusieurs reprises sur le sujet lors des questions au gouvernement ce mardi, Caroline Cayeux n'a pas répondu aux députés et a laissé Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement et Isabelle Rome la défendre, en réaffirmant la volonté d'Emmanuel Macron de "lutter contre toutes les inégalités".

Pas de quoi convaincre l'ensemble des associations LGBT de participer aux agapes au ministère de l'Égalité.

"Si (l'expression) 'ces gens-là' avait visé des personnes juives, des personnes musulmanes, suivie d'excuses à la va-vite, en catimini à quelques associations, est-ce que ça aurait tolérable, acceptable? Il me semble que ça n’aurait pas été le cas. Cette expression est malheureuse, elle veut dire quelque chose", avance encore Fabien Joly sur notre antenne.

D'autres associations ont cependant répondu favorablement à l'invitation, comme Gay Lib, les progressistes LGBT ou encore l'association des parents gays et lesbiens, d'après des informations de Têtu.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles