Après les promesses, Trump passe à l'attaque sur l'immigration

Jean-Eric Branaa
Après les promesses, Trump passe à l'attaque sur l'immigration

JOUR 6: C'est celui dont vont se souvenir les millions de clandestins qui vivent aux Etats-Unis. Mais pas qu'eux. Car cette journée est placée sous le signe de l'immigration et c'était la journée la plus attendue de ce début de mandat et beaucoup sedemandaient s'il allait mettre ses promesses à exécution. C'est à nouveau par un tweet, et sur son compte personnel, que le président Trump a annoncé que ce mercredi serait placé sous le signe de la sécurité nationale: "Parmi d'autres choses, nous allons construire le mur!"

La mesure phare de son mandat est donc ce mur, qui a dressé la moitié du pays et l'ensemble de la planète contre lui: il l'a promis dès le 16 juin 2015, alors qu'il annonçait son entrée en campagne, depuis la Trump Tower. Immédiatement, il a occupé la première page des journaux et ne l'a plus quittée. Ce mur, qui doit être érigé à la frontière sud avec le Mexique est la décision la plus attendue depuis qu'il a accédé au pouvoir, le 20 janvier. Il existe déjà en partie, sur plus de 1000 kilomètres d'une frontière qui en compte trois fois plus. Le nouveau président a indiqué à maintes reprises qu'il est nécessaire pour stopper l'immigration illégale et mettre fin à l'entrée de trafiquants de toutes natures: "certains sont des voleurs ou des violeurs," avait-il spécifié le jour de l'annonce de cette construction. Par la suite, la rhétorique a quelque peu évolué et le mur est devenu un élément important pour freiner l'entrée de terroristes dans le pays, notamment aux yeux de celui qui est son nouveau ministre de la sécurité intérieure, John Kelly (confirmé par le sénat).

Les premiers jours du mandat sont très riches, avec des mesures qui démontrent la détermination de Donald Trump et cherchent à frapper les esprits: le nouveau locataire de la Maison-Blanche veut être l'homme qui fait ce qu'il a dit...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post