Après le premier tour des législatives 2022, Elisabeth Borne cible Jean-Luc Mélenchon

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

LÉGISLATIVES - Soulagement pour la Première ministre au premier tour des élections législatives. Ce dimanche 12 juin, Élisabeth Borne est arrivée en tête dans sa 6e circonscription du Calvados, elle qui n’avait jamais été élue. Peu après l’annonce des résultats, elle a appelé à la mobilisation au second tour pour faire “face aux extrêmes”.

“Nous avons une semaine (...) pour convaincre une semaine pour obtenir une majorité forte et claire. Seule cette majorité forte et claire nous permettra de répondre aux urgences qui pèsent sur le quotidien des Français et relever les défis d’avenir”, a-t-elle enjoint, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en en-tête.

Sa cible: la gauche rassemblée sous la bannière NUPES, menée par Jean-Luc Mélenchon, qui se trouve au coude à coude avec Ensemble, la coalition de la majorité présidentielle. Mais aussi l’extrême droite avec le Rassemblement national porté par Marine Le Pen. Elle a semblé mettre les deux camps sur le même niveau.

Borne appelle au rassemblement “des forces républicaines”

Dans sa déclaration, la cheffe du gouvernement est revenue notamment sur les propos du leader insoumis, qui a dénoncé “la police (qui) tue” après la mort d’une jeune femme, tuée par des policiers alors qu’elle était dans une voiture soupçonnée d’avoir refusé d’obtempérer. Ses propos ont outré l’exécutif.

“La République, ce n’est pas la remise en cause de nos institutions et l’insulte contre nos forces de l’ordre”, a de nouveau dénoncé Élisabeth Borne ce dimanche. Avant de viser l’extrême droite: “La République, ce n’est pas monter les Français les uns contre les autres, en les oppositions selon leur religion, origine ou situation sociale. Mais bien la laïcité et l’égalité entre tous les citoyens.”

C’est pourquoi le Première ministre “appelle toutes les forces républicaines à se rassembler” autour des candidats de la majorité. Et de conclure: “Dans une semaine, au-delà des étiquettes, ce sont nos valeurs qui sont en jeu (...). Face aux extrêmes, nous ne céderons rien, ni d’un côté, ni de l’autre.”

À voir également sur Le HuffPost: Dans le Var, la candidature d’Éric Zemmour divise l’extrême droite face à LREM

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles