Après les premières nominations de Biden, le 3e mandat d’Obama vient de commencer

·1 min de lecture

Une femme pour coordonner les services de renseignement, un Latino juif d’origine cubaine pour diriger la sécurité intérieure, une femme nommée au Trésor, pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis : Avril Haines, Alejandro Mayorkas et Janet Yellen ne seront sans doute pas les seuls à incarner une différence par rapport à la quasi-uniformité du cabinet Trump. Féminiser, diversifier, peut-être aussi rajeunir, c’est-à-dire disposer d’un gouvernement qui ressemble à la société d’un pur point de vue démographique, voilà qui nous rappelle ce qu’avait voulu inaugurer Barack Obama en arrivant au pouvoir il y a douze ans.

Mais Joe Biden a compris également que 73,8 millions d’Américains ont voté pour son adversaire, un homme qu’il a dénigré pour être à la fois incompétent, sectaire et désinvolte. Pour tenir sa promesse de restauration de la dignité de la fonction présidentielle, le président-élu est donc en train de mettre en place une équipe compétente, tolérante et soucieuse de dignité. Et si la compétence tient d’abord à l’expérience, voici donc, à ce stade, des revenants de l’ère Obama.

Des "serviteurs de l’Etat"

 

Antony Blinken, nouveau secrétaire d’Etat, était le N°2 de John Kerry. Ce dernier se voit confier les rênes du retour des Etats-Unis dans les négociations climatiques. Jake Sullivan, en tant que Conseiller à la sécurité nationale, était l’un des piliers de l’équipe d’Hillary Clinton et personnage-clef du dossier nucléaire iranien. Avril Haines faisait partie d...


Lire la suite sur LeJDD