Après les premières mesures de Joe Biden, que reste-t-il du mandat de Donald Trump?

·1 min de lecture

En une semaine, Joe Biden a établi un record : jamais aucun président américain n'avait signé autant de décrets - une quarantaine - à son arrivée à la Maison-Blanche. La grande majorité de ces textes n'avaient qu'un objectif : annuler ou geler des mesures prises sous Donald Trump. La plupart étaient des "executive orders", qui enclenchent l'action immédiate de l'administration fédérale, et non des "executive actions", type de directives moins contraignantes. Immigration, environnement, politique sanitaire, affaires étrangères… En sept jours, les Etats-Unis ont montré un autre visage.

Port du masque obligatoire au niveau fédéral et pour les voyages nationaux, retour dans l'Accord de Paris sur le climat, gel des dettes des étudiants et des militaires le temps de la crise, annulation des dérégulations de la politique du logement voulues par Trump, suspension de la construction du mur à la frontière avec le Mexique… La liste est longue et met à mal le bilan de la présidence précédente. Mais, pendant cette première semaine, Joe Biden a, à l'inverse, maintenu quelques choix stratégiques de son prédécesseur.

Le "made in America" d'abord

"America first", clamait Donald Trump. Joe Biden n'est pas en désaccord avec lui. Le nouveau président américain a même signé un décret lundi pour inciter le gouvernement fédéral à acheter davantage de biens et services auprès d'entreprises américaines, au risque de crisper certains partenaires commerciaux comme le Canada.

Lire aussi - Biden-Macron : ...


Lire la suite sur LeJDD