Après le point Godwin, voici le point Tchernobyl des écolos (mis à jour)

Rue du Faubourg Saint-Martin (Paris, Xe), au siège des Verts, la revue de presse n'avait plus été aussi épaisse depuis longtemps. Cécile Duflot, Daniel Cohn-Bendit et leur ambassadeur médiatique « non partisan » Nicolas Hulot se lèvent tôt et se couchent tard, et passent la journée sous les lumières des plateaux de télévision ou devant les micros des studios radio. Ils n'ont qu'un mot à la bouche : « Tchernobyl  ».

Amusez-vous à compter combien de fois ils prononceront ce mot lors de leurs prochaines interventions. Le débat n'est pas possible : si vous êtes pour le nucléaire, vous êtes inconscients parce que vous n'avez pas peur que l'humanité s'autodétruise comme l'erreur humaine a détruit le village ukrainien désormais tristement célèbre.

On connaissait le point Godwin : plus longtemps le débat politique dure, plus vite l'un des protagonistes se verra comparé à un nazi. On connaît maintenant le point Tchernobyl : plus tu parles des enjeux énergétiques avec les écologistes, plus vite on te démontrera que tu aurais cru, toi aussi, comme tout le monde à l'époque, que « le nuage » allait s'arrêter à la frontière et que la folie du nucléaire est un vaste complot des hommes politiques associés aux lobbies privés du nucléaire contre la population inquiète et soumise à leurs désirs.

Ils clament qu'on leur a volé un débat démocratique et exigent aujourd'hui un référendum sur le nucléaire : la réalité, c'est qu'un consensus politique existait/existe et qu'un référendum n'a jamais été nécessaire pour arbitrer ce que les Français ont toujours massivement souhaité, vus les partis politiques qu'ils soutiennent dans les urnes ou les études d'opinion, qu'elles soient faites le lendemain du 26 avril 1986 ou ces dernières 48 heures.

= Les rangs des écologistes sont truffés d'ex-trotskistes =
Les écologistes s'étaient déjà échauffés au début de l'année en protestant contre le transport en train de déchets nucléaires, et les voici complètement excités par l'un des plus graves (...)

Lire la suite sur rue89.com

Accidents nucléaires au Japon : « Une catastrophe évidente »
L'Allemagne est mûre pour sortir du nucléaire. Pas la France
Nucléaire au Japon : les écolos sont-ils « indécents » ?
Tous nos articles sur le nucléaire