Après une nouvelle affaire d’espionnage, la Chine appelle à dénoncer les espions via une plateforme

En Chine, un étudiant est accusé d’avoir fourni des informations à des services de renseignements étrangers. Cette nouvelle affaire d'espionnage est l’occasion pour le ministère de la Sécurité nationale de rappeler aux citoyens qu’ils peuvent écrire des rapports de dénonciation sur une plateforme dédiée.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Créée en 2015, la plateforme 12339 « permet au grand public de soutenir les efforts sécuritaires du pays », lit-on ce mardi 11 juin sur le site du ministère de la Sécurité nationale en Chine. Cette plateforme en ligne permet de dénoncer, de manière large, tout ce qui pourrait porter atteinte à la sécurité du pays.

Cette plateforme fonctionne bien et serait même victime de son succès puisque « ces dernières années, un petit nombre d’individus ont traité les rapports de dénonciation comme un jeu d’enfant, voire comme des performances, faisant semblant d’apporter des informations ou de se rendre auprès des agences de sécurité, dans le but de semer la confusion dans l’opinion, voire de tenter d’échapper aux sanctions ».

Des photos de sites militaires

C’est ce qui est arrivé dans le cadre de l’affaire du jour explosé aux médias officiels. Un étudiant aurait, via cette plateforme, tenté de manipuler la police. L’informateur répondant au nom de He est « quelqu’un qui dépense de manière extravagante et est très endettée pour son jeune âge », dit le rapport.


Lire la suite sur RFI