Après la mort d’Yvan Colonna, l’ancienne directrice de la prison et un surveillant seront sanctionnés

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Drapeaux corses lors des obsèques d’Yvan Colonna, le 25 mars 2022 à Cargèse (Corse-du-Sud)
JULIEN DE ROSA / AFP Drapeaux corses lors des obsèques d’Yvan Colonna, le 25 mars 2022 à Cargèse (Corse-du-Sud)

JULIEN DE ROSA / AFP

Drapeaux corses lors des obsèques d’Yvan Colonna, le 25 mars 2022 à Cargèse (Corse-du-Sud)

JUSTICE - L’ancienne directrice de la prison d’Arles (Bouches-du-Rhône) et un surveillant vont faire l’objet de « procédures disciplinaires », a annoncé ce jeudi 28 juillet la Première ministre Élisabeth Borne, après la remise d’un rapport sur l’assassinat en mars d’Yvan Colonna qui conclut à des « manquements » de leur part.

Le surveillant chargé de l’aile où se trouvait l’indépendantiste corse, qui purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour l’assassinat du préfet Claude Érignac, a fait preuve d’un « net défaut de vigilance » en restant « sans aucun motif éloigné » du lieu des faits, qui ont duré neuf minutes, conclut le rapport de l’Inspection générale de la justice (IGJ), publié sur le site de Matignon en version anonymisée.

Quant à « l’ancienne cheffe d’établissement » Corinne Puglierini, en poste jusqu’à dix jours avant l’agression, la mission d’inspection pointe « l’insuffisance » de son management et l’absence de « gestion appropriée » des commissions d’évaluation de la dangerosité des détenus.

Déficit sur la vidéosurveillance

Le meurtrier présumé d’Yvan Colonna, un Camerounais de 36 ans, Franck Elong Abé, n’avait jamais été orienté vers un quartier d’évaluation de la radicalisation (QER) depuis son arrivée dans l’établissement en 2019, alors qu’il purgeait plusieurs peines dont une de neuf ans de prison pour « association de malfaiteurs terroriste ». Il avait été arrêté en Afghanistan par l’armée américaine en 2012 avant d’être remis à la France en 2014. Ce détenu, qui a expliqué s’en être pris à Yvan Colonna parce qu’il avait « blasphémé », a été mis en examen pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste.

Lors de son audition par la commission des lois de l’Assemblée nationale, le 30 mars, Corinne Puglierini avait assuré que le « comportement » du détenu à son arrivée à Arles « ne permettait pas une évaluation au QER » car il n’était pas « en capacité de participer à cette évaluation ». Elle avait toutefois fait état ensuite d’une évolution positive, qui avait justifié qu’on lui accorde en septembre 2021 un poste d’« auxiliaire » pour faire le ménage dans les salles de sport de la prison.

Le rapport de l’IGJ déplore également « une programmation inadaptée des images de vidéosurveillance », qui a « souffert d’un grave déficit de conception et de formation des utilisateurs ». Il formule douze recommandations, dont six visent à « renforcer (...) la surveillance des salles d’activités » de la prison et à améliorer son dispositif de vidéosurveillance.

Plus largement, il recommande de rappeler à l’ensemble de l’administration pénitentiaire que la « vocation première » de la vidéosurveillance « vise à intervenir immédiatement pour faire cesser un incident ».

Borne suit les recommandations

La Première ministre a « décidé de suivre l’intégralité des recommandations » du rapport, a fait savoir Matignon. Élisabeth Borne demandera notamment au ministre de la Justice « une mission d’inspection sur l’évaluation des quartiers d’évaluation et de prise en charge de la radicalisation » (QER), dispositif déployé il y a cinq ans dont « il apparaît nécessaire de dresser un bilan ».

Le rapport de l’IGJ était remis à la Première ministre et non au Garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti car, ce dernier ayant été l’avocat d’Yvan Colonna, il est contraint de se déporter de tout ce qui concerne son ancien client.

L’agression avait suscité colère et polémiques et ravivé les tensions en Corse, alors qu’Yvan Colonna réclamait de longue date son incarcération sur l’île. « Les responsabilités individuelles des surveillants ne sauraient masquer celle, fondamentale, du pouvoir politique qui a délibérément empêché Yvan Colonna de purger sa peine près de chez lui, en violation des règles pénitentiaires, par vengeance d’État », a réagi jeudi auprès de l’AFP Emmanuel Mercinier-Pantalacci, l’un des avocats de l’indépendantiste.

Marie-Antoinette Maupertuis, présidente autonomiste de l’assemblée de Corse, a salué auprès de l’AFP la publication du rapport, qui correspond à une « demande de vérité et de justice ». « Il faudra approfondir le sujet parce qu’il reste malgré tout des zones d’ombre et de questionnements », a déclaré à l’AFP le député nationaliste de Haute-Corse Jean-Felix Acquaviva, qui a annoncé jeudi matin une prochaine « commission d’enquête » parlementaire pour « faire la lumière sur les dysfonctionnements » ayant mené à la mort d’Yvan Colonna.

À voir également sur Le HuffPost : Les funérailles d’Yvan Colonna à Cargèse devant une foule nombreuse et compacte

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles