Après la mort d’Elizabeth II, l’allocution d’Emmanuel Macron, en anglais

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

POLITIQUE - Trois minutes dans la langue de Shakespeare. Dans une vidéo publiée en fin de matinée ce vendredi 9 septembre, au lendemain de la mort de la Reine Elizabeth II, Emmanuel Macron a adressé, au nom du « peuple français », ses condoléances aux citoyens britanniques.

« Sa sagesse et son empathie nous ont aidés à tracer une voie au milieu des aléas de l’Histoire des 70 dernières années », a déclaré, d’un ton grave, le président de la République devant un drapeau du Royaume-Uni installé à l’Élysée.

« Nous sommes avec vous »

Saluant « ses paroles rares mais puissantes » et « sa dignité inébranlable », Emmanuel Macron a souligné « son affection toute particulière pour la France », en rappelant que la reine « maîtrisait notre langue, aimait notre culture et touchait nos cœurs ».

« Pour vous, c’était votre Reine. Pour nous, c’était ’LA’ Reine », a poursuivi le chef de l’État, qui promet de perpétuer « les valeurs qu’elle n’a jamais cessé d’incarner et de promouvoir : la force morale de la démocratie et de la liberté ».

Et le locataire de l’Élysée de conclure, cette fois en français : « nous sommes avec vous ». Un hommage qui intervient alors.

En parallèle de cette allocution enregistrée, la présidence de la République a publié un communiqué en hommage à la défunte. « Elle faisait corps avec sa nation : elle incarnait un peuple, un territoire, une volonté commune. Une stabilité aussi : à travers les fluctuations et les remous de la politique, une permanence au parfum d’éternité », salue l’Élysée, qui rappelle que « nul autre souverain étranger n’avait gravi le perron de l’Élysée plus souvent qu’elle, qui fit à la France l’honneur de six visites d’État, et rencontra chacun de ses présidents ».

Emmanuel Macron est aussi attendu à la mi-journée à l’ambassade du Royaume-Uni, qui jouxte l’Élysée, afin de signer le registre de condoléances.

À voir également sur Le HuffPost

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi