Après un mois "zéro dépenses", j'ai revu ma façon de consommer

Marine F.
Je pensais vraiment que j’allais broyer du noir et me sentir hyper frustrée de ne pas me faire plaisir.

Voici l’article dont vous étiez énormément demandeur! Si vous me suivez sur mes réseaux sociaux, vous avez sûrement vu que je m’étais lancée dans un objectif fou: zéro dépenses pour le mois de mars. Vous étiez d’ailleurs nombreux à y avoir réagi et surtout à m’avoir encouragée via mes publications et mes stories. Vous êtes vraiment trop choux! Plusieurs ont d’ailleurs voulu me suivre dans ce challenge. Si vous en faites partie, vous avez réussi alors ou pas?

Du coup, au vu de cette expérience riche en émotion, je me suis dit que c’était effectivement une bonne idée de dédier un article à cette folie! Car oui, pour moi c’était une folie! Quand vous aimez énormément de choses, que vous aimez découvrir et tester des choses, c’est difficile de “s’en priver” pendant un mois.

Je vais donc vous expliquer pourquoi je me suis lancée dans ce challenge, ce que j’ai ressenti pendant ce mois de mars, quel a été le résultat, qu’est-ce que ça a changé et ce que ça va changer!

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés.

Pourquoi me suis-je lancée dans ce mois sans dépenses?

C’est tout con, pour mettre de l’argent de côté! 

En vrai, je le faisais déjà de façon automatique. Dès que j’avais mon salaire, je mettais 9% de côté. Cependant, psychologiquement, ce n’était clairement pas suffisant pour moi. Surtout, quand tu as envie de remonter l’argent que tu as de côté, après l’achat de ta voiture et ainsi économiser pour des projets futurs (voyages, achat immobilier…)

Pour vous dire, sur la totalité de mon salaire, j’ai déjà 42% de dépenses que j’appelle “constantes”. À savoir: le loyer, l’électricité, l’abonnement internet, mon prêt automobile, mes impôts, ma mutuelle… Puis j’ai 18% de dépenses que j’appelle “régulières”, qui comprennent l’essence, mes courses et ma box...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post