Après #MetooInceste, quel avenir pour la commission indépendante sur l'inceste ?

franceinfo
·1 min de lecture

Retour à la case départ. Annoncée en août 2020 par le gouvernement, la commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants est secouée par la démission de sa présidente, Elisabeth Guigou, le 13 janvier, emportée par l'affaire Olivier Duhamel. Proche du politiste, l'ex-ministre socialiste a assuré qu'elle n'était pas au courant des accusations d'inceste portée par le beau-fils de ce dernier. Elle a toutefois estimé ne plus pouvoir "conduire cette mission avec la sérénité nécessaire".

L'affaire a aussi encouragé de nombreuses victimes à témoigner sur les réseaux sociaux via le hashtag #MetooInceste, jetant une lumière inédite sur l'ampleur du problème dans la société française. Plusieurs initiatives parallèles pourraient en outre faire évoluer le cadre législatif. Dans ce contexte, à quoi servira encore la commission, dont les travaux doivent durer jusqu'à fin 2022 ?

Une proposition de loi fin janvier

Le secrétaire d'Etat en charge de l'Enfance et des Familles, Adrien Taquet, à l'origine de la commission, a promis des "décisions", sur Europe 1, mardi. De quoi rassurer plusieurs acteurs associatifs sur un point : (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi