Après l'annonce de l'interdiction des néonicotinoïdes en France, l'inquiétude des betteraviers

© PHILIPP SCHULZE / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

C'est une victoire pour les écologistes. Suivant la décision de la justice européenne , la France a annoncé ce lundi qu'elle ne donnera plus de dérogation pour les insecticides qui protègent les semences de betterave sucrière des pucerons, les néonicotinoïdes. Des pesticides efficaces pour protéger les champs, mais qui ont un impact conséquent sur les abeilles, au point d'être surnommés "tueurs d'abeilles" par ces opposants.

>> Retrouvez Europe Soir en replay et en podcast ici

Mais cette interdiction, qui survient à quelques semaines des premiers semis, inquiète les betteraviers. Dans son champ, Alexandre Pelé, agriculteur et vice-président de la Confédération des betteraviers, se souvient encore de l'année 2020 où les néonicotinoïdes par enrobage de semences étaient interdits.

Une annonce qui surprend

"Tous mes champs de betteraves étaient jaunes, ce qui a induit dans mon exploitation une perte de rendement de 60%", explique-t-il au micro d'Europe 1. Et il n'est pas le seul à être surpris par cette annonce, reconnaît-il. "J'ai eu beaucoup d'agriculteurs au téléphone qui me disent : 'Moi, si je n'ai pas une assurance, je ne sèmerai pas de betteraves'" cette année.

Et les conséquences pourraient être catastrophiques pour l'économie : "On pourrait ne pas avoir de sucre, ni d'éthanol dans nos pompes", dans les mois à venir, prévient Alexandre Pelé. Ou pire, "on pourrait importer massivement des betteraves qui ne seront pas produites sur le territoire local", ajoute l'a...


Lire la suite sur Europe1