Après l'affaire Matzneff, le Centre national du livre révise les conditions d'attribution d'aides durables aux écrivains

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Le Centre national du livre (CNL) a indiqué vendredi avoir fait le ménage dans ses aides durables aux auteurs à faibles revenus après l'affaire Gabriel Matzneff, le romancier visé par une enquête pour viols sur mineur de moins de 15 ans ayant bénéficié des fonds publics pendant 18 ans.

Dans son rapport d'activité annuel, l'établissement public fait le point sur ces allocations annuelles conçues pour "pallier les difficultés financières chroniques ou de moyen terme, liées au grand âge ou à la maladie, d'auteurs dont l'œuvre publiée a contribué au rayonnement de la littérature d'expression française".

La révision des critères a "fait passer le nombre de bénéficiaires de ce dispositif à caractère social de 15 personnes en 2019 à 7 en 2020", a indiqué le CNL. Le nom des auteurs bénéficiaires, présents ou passés, n'est pas public.

Un extrait de casier judiciaire désormais exigé

La procédure suppose désormais, entre autres, "d'exiger un extrait de casier judiciaire et d'évaluer la contribution du demandeur, par ses œuvres, au rayonnement de la littérature française en France et dans le monde".

Par ailleurs, la barre des revenus en dessous desquels un auteur peut prétendre à cette aide annuelle a été abaissée "à une fois et demie le Smic par personne et à trois fois le Smic par foyer fiscal", et son montant maximal est descendu à 15 000 euros, contre 24 000 auparavant.

Gabriel Matzneff, 84 ans, est visé par une enquête pour viols sur mineur de moins de quinze ans ouverte après la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi