Après l'âge pivot, ces deux autres points de la réforme des retraites

Romain Herreros
Edouard Philippe et Muriel Pénicaud recevant les partenaires sociaux au ministère du Travail. 

POLITIQUE - “Ces discussions se poursuivent sur un certain nombre de chantiers, parmi lesquelles la pénibilité, l’aménagement des fins de carrière et l’emploi des seniors”. Dans le projet de loi de réforme des retraites, c’est le flou qui continue de dominer concernant la façon dont seront gérés certains aspects du texte, dont deux qui sont aujourd’hui à l’ordre du jour: la pénibilité et l’emploi des seniors. Ce mardi 14 janvier, la ministre du Travail Muriel Pénicaud reçoit les syndicats pour plancher sur ces thèmes qui, pour des raisons différentes, sont tout aussi sensibles que l’âge pivot, finalement suspendu.

Car outre les organisations qui demandent le retrait pur et simple du projet de loi, les syndicats réformistes estiment que le compte n’y est pas dans les premières annonces faites par le gouvernement. “Concernant les mesures sociales, il y a beaucoup d’insuffisance sur la pénibilité”, grinçait début décembre le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, après la présentation globale du projet par Édouard Philippe.

“Il n’y a pas assez de dispositifs sur la pénibilité, pas encore de garantie sur la dangerosité, pas de signes très engageants sur les secteurs de la fonction publique sensibles, notamment hospitalière et territoriale”, avait renchéri dans Le Parisien son homologue de l’Unsa, Laurent Escure. Du côté de l’exécutif, on promet d’améliorer “la prise en compte” de la pénibilité, mais sans rentrer dans les détails. Or sur ce point précis, c’est justement les détails qui sont importants.  

Critères de pénibilité

La meilleure prise en compte de la pénibilité est une obligation pour le gouvernement, qui entend mettre fin aux régimes spéciaux tout en introduisant des spécificités “qui ne seront pas liées à des entreprises, mais à des métiers”. Pour ce faire, la CFDT et l’Unsa ont une idée toute trouvée: la réintroduction des quatre critères de pénibilité, supprimés par les “ordonnances Macron” au début du quinquennat. Ces critères, qui avaient été...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post