Après les législatives 2022, la déception était palpable au QG d'En Marche

LÉGISLATIVES 2022 - Ils l’ont espérée jusqu’au dernier moment. À la lecture des résultats pourtant, pas de majorité absolue. En Marche rebaptisé Ensemble pour les élections législatives n’a pas obtenu le nombre de sièges escompté et certaines de ses personnalités politiques doivent démissionner de leurs postes.

La vingtaine de militants qui a fait le déplacement a écouté en silence la télévision installée au QG d’En Marche dans le 8e arrondissement de Paris. Peu après, l’équipe de campagne en éloignait certains des journalistes pour éviter des réponses improvisées à leurs questions.

Ceux qui acceptent de parler reconnaissent leur déception, mais ont argué “la même volonté qu’il y a cinq ans” tout en tenant compte “de ce que les Français ont mis dans les urnes”. Certains ont admis que leur plus grand raté était le score historique du Rassemblement national aux élections législatives avec au moins 90 sièges.

Emmanuel Macron avait indiqué que les ministres vaincus devraient démissionner de leur poste. Ils sont trois dans ce cas: Amélie de Montchalin (Transition écologique), Brigitte Bourguignon (Santé), Justine Bénin (Mer). Le parti devra également remplacer Christophe Castaner et Richard Ferrand comme président du groupe et président de l’Assemblée. Sur place, les militants assurent ne pas douter “des talents qui vont pouvoir assurer cette mission” tout en reconnaissant la difficulté de la tâche qui attend la majorité présidentielle.

À voir également sur Le HuffPost: Sans majorité absolue, En Marche drague à droite et à gauche

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles