Après l'échec des discussions serbo-kosovares à Bruxelles, l’UE blâme Pristina

© AP/Visar Kryeziu

Les représentants de la Serbie et du Kosovo n’ont pas réussi à se mettre d’accord à Bruxelles ce lundi au sujet du contentieux en cours au sujet des plaques minéralogiques des serbophones du Kosovo, au grand dam des Européens et de leur mission de bons offices. Le « dialogue Belgrade-Pristina », un dialogue indispensable à la normalisation des relations qui est selon l’UE la condition sine qua non de leurs ambitions européennes.

Il y a eu huit heures de réunion d’urgence sous l’égide du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, en présence du président serbe Aleksandar Vucic et du Premier ministre kosovar Albin Kurti. Mais la crise reste entière. À tel point que Josep Borrell a choisi de porter sur la place publique les désaccords persistants entre Belgrade et Pristina, car selon lui, la crise ne fait qu’empirer, rapporte notre correspondant à Bruxelles, Pierre Bénazet.

Josep Borrell appelle solennellement le Kosovo à suspendre le processus de ré-immatriculation des véhicules des serbophones alors que les amendes sont censées être décernées à compter de ce mardi pour les récalcitrants. « J'attends désormais du Kosovo qu'il suspende immédiatement les procédures liées aux plaques d'immatriculation dans le nord (du pays), et j'appelle la Serbie à arrêter de délivrer des plaques à dénomination de villes situées au Kosovo ». « Cela offrira une marge de manœuvre et du temps pour trouver une solution durable au problème des plaques d'immatriculation, dans le contexte de la normalisation des relations bilatérales, qui reste notre objectif essentiel », a martelé le responsable espagnol.

(Et avec AFP)


Lire la suite sur RFI