Après huit décès dus à Ebola, l’Ouganda s’organise pour enrayer la propagation

Au moins huit personnes seraient mortes d’Ebola en Ouganda, a confirmé jeudi 22 septembre un responsable du ministère de la Santé. Les autorités de ce pays d'Afrique de l'Est ont annoncé l'éclosion d'Ebola mardi après le décès d'un jeune à Mubende, dans la région centrale. L'origine n'est pas encore connue, mais il s'agit d'une souche « relativement rare », surnommée « soudanaise ». Elle est moins fatale que celle détectée en RDC, mais la vigilance reste de mise.

Pour l'instant, aucun vaccin n'existe contre la souche « soudanaise » d'Ebola. Les autorités ougandaises misent donc sur la réactivité pour détecter et traiter au plus tôt les cas suspects. Mais la mobilité de la population de Mubende, foyer de l'épidémie, augmente le risque d'une éventuelle propagation du virus.

Alors que pour l'instant on ignore ce qui a pu provoquer l'éclosion de cette maladie hautement contagieuse, la riposte s'organise pour enrayer la propagation du virus.

Henry Kyobe Bbosa, chargé de la réponse Ebola au ministère de la Santé ougandais, s’est exprimé jeudi 22 septembre lors d’un point de presse en ligne de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) : « L'épicentre se trouve le long d’une autoroute qui vient du Soudan du Sud, passe par Kampala et va jusqu'à la RDC. Nous avons donc élargi notre riposte à 11 districts voisins du foyer de l'épidémie. »


Lire la suite sur RFI