Après le « gros cafouillage » de Sibeth Ndiaye sur le port du masque, le rétropédalage

Le gouvernement a-t-il menti sur la question des masques ? Il semble toutefois faire marche arrière. Comme le rapporte BFMTV, le port de masques en tissu auprès du grand public serait désormais envisagé par l'exécutif. Le président a déjà annoncé la production de 500 000 d'entre eux par mois. Alors que les fameux masques FPP2 et chirurgicaux resteront pour les soignants, leur alternative en tissu sera destinée aux personnes en contact avec du public, comme les caissiers ou les policiers. Une diffusion massive pour les citoyens ne semble pas exclue.

On est bien loin des propos de la porte parole du gouvernement Sibeth Ndiaye qui déclarait, en début d'épidémie : "Les masques ne sont pas nécessaires quand on n'est pas malade". Selon BFM toujours, un élu de la majorité reconnaitrait désormais : “Des propos très maladroits, un gros cafouillage”. Le ton est donné. Le 2 avril dernier, le premier ministre se retranchait lui derrière l'Organisation mondiale de la santé pour justifier la position jusque là affirmée du gouvernement. Un véritable rétropédalage semble toutefois arriver.

Un changement de stratégique qui pourrait nuir considérablement à l'image du gouvernement. Tandis que le site Mediapart publie "les preuves d'un mensonge d'Etat" autour des masques, le pouvoir en place se retrouve dans le collimateur de plus d'un. Si certains parlent d'un "mensonge sur la bonne cause", causé par la pénurie de masque, les choix de la majorité risquent de faire parler. Pendant ce temps, en Lombardie,

Retrouvez cet article sur GALA

PHOTO - Laeticia Hallyday gâtée par Pascal Balland malgré les kilomètres : cette délicate attention qui lui redonne le sourire
Cyril Lignac : son émission Tous en cuisine est-elle vraiment tournée chez lui ?
Emmanuel Macron en week-end au fort de Brégançon, ce gros mensonge qui circule sur la toile
"Emmanuel Macron s’est trompé" : Daniel Cohn-Bendit vise Edouard Philippe sur les municipales
Serge Hefez, qui vient de perdre sa maman, s’alarme sur les Ehpad : "C'est une tragédie"