Après la France, Xi Jinping se rend en Serbie pour une visite symbolique et stratégique

Après la France et avant la Hongrie, le président chinois est attendu, mardi 7 mai en fin d'après-midi, à Belgrade (Serbie), un partenaire privilégié de Pékin en Europe. Mais la date précise de cette visite de Xi Jinping en Serbie prend une dimension particulièrement symbolique, marquant le 25e anniversaire du bombardement de l’ambassade de Chine à Belgrade, en pleine guerre du Kosovo.

Avec notre correspondant à Belgrade,

En pleine campagne de l’Otan en Yougoslavie, des avions américains bombardaient l'ambassade de Chine à Belgrade il y a exactement 25 ans, dans la nuit du 6 au 7 mai 1999, tuant trois journalistes. Les causes exactes de ce bombardement demeurent contestées : s'est-il agi d'une « bavure », d'une provocation ou bien d'un tir ciblé ? Car l'ambassade aurait abrité des dispositifs de communication serbes. Les multiples enquêtes menées sur le sujet n'ont pas apporté de réponses définitives.

Cette tragédie a toutefois marqué un tournant dans les relations de la Chine avec le reste du monde. Cela malgré les excuses présentées dès 2000 par les États-Unis. Aujourd'hui encore, pas un Chinois de passage dans la capitale serbe ne manque de venir s'incliner devant la plaque des « martyrs » : le président Xi Jinping le fera également, avant d'inaugurer l'immense Centre Confucius. Ce dernier a été construit sur l'emplacement de l'ancienne ambassade, et dont il avait lui-même posé la première pierre lors de sa précédente visite en Serbie, en 2016.

Partenaire essentiel en Europe

L'attachement au sacro-saint principe de l'intégrité territoriale des États a tout pour rapprocher les deux pays, dans un monde de plus en plus instable.


Lire la suite sur RFI