Après de « faux sondages » pro-Retailleau, LR met en garde ses adhérents

Photo
CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

POLITIQUE - « Élection à la présidence de LR : le siège n’organise aucun sondage ». Voici l’objet d’un mail envoyé par le parti Les Républicains à ses adhérents ce samedi 19 novembre. Une mise au point qui intervient après la diffusion par le camp de Bruno Retailleau d’un sondage, et cela au moyen d’une newsletter officielle consacrée à cette élection interne.

Plus précisément, le sénateur de Vendée s’est servi de cet outil pour relayer une consultation réalisée par « Oser la France », structure de l’ancien député du Vaucluse Julien Aubert (soutien de Bruno Retailleau), laquelle faisait état de sa progression au détriment d’Éric Ciotti.

Dans le détail, le patron des sénateurs LR y récolte 46% au premier tour, contre 33% pour Éric Ciotti et 13% pour Aurélien Pradié. Ce qui avait conduit Éric Ciotti à saisir la Haute autorité en charge de l’élection interne pour dénoncer de « faux sondages » pouvant « avoir un réel impact » sur le scrutin.

« Cette fausse consultation dépourvue de toute valeur scientifique relève d’une véritable manœuvre pour manipuler les militants », affirme Éric Ciotti dans sa lettre au président de la Haute autorité de LR, Henri de Beauregard, a rapporté l’AFP vendredi 18 novembre au soir. « En relayant ces informations, les Républicains accréditent auprès de nos adhérents la validité d’une telle consultation », poursuivait le député des Alpes-Maritimes demandant un « rectificatif immédiat » de la part du parti.

Selon L’Express, Aurélien Pradié envisageait de son côté des poursuites contre Bruno Retailleau et avait également demandé au parti de publier un démenti. Ce qui est chose faite.

« Conformément aux règles définies entre Les Républicains et les candidats en matière de propagande électorale, les services du mouvement diffusent chaque semaine à l’ensemble des adhérents les documents des candidats tels qu’ils sont livrés par ces derniers », explique la formation de la rue Vaugirard, précisant que le parti « ne se livre à aucun jugement » sur le contenu mis à disposition par les concurrents.

« Ce n’est pas réglo »

« Dans sa lettre d’information, Bruno Retailleau a fait état des résultats d’une consultation réalisée par l’un de ses soutiens. Celle-ci a pu être interprétée comme un sondage interne aux Républicains », poursuit le parti, qui rappelle que l’étude « ne peut être assimilée à un sondage effectué sur l’ensemble du fichier électoral dont LR est le seul détenteur ». Avant d’insister : « Aucun sondage ne sera réalisé auprès des adhérents avant le scrutin ».

De son côté, le camp de Bruno Retailleau répond qu’Éric Ciotti avait lui-même relayé une consultation similaire réalisée par le même Julien Aubert en septembre, et qui le plaçait, déjà, en tête. « Il y a quand même une grosse différence entre un partage sur les réseaux sociaux, et une diffusion via le canal des Républicains », souligne au HuffPost un soutien du député des Alpes-Maritimes, qui enfonce le clou : « Ce n’est pas réglo, c’est vouloir tromper les électeurs ».

De quoi lancer les hostilités avant le débat prévu lundi soir sur LCI entre Bruno Retailleau, Éric Ciotti et Aurélien Pradié. Le seul exercice du genre avant le premier tour de l’élection, qui se tiendra du samedi 3 au dimanche 4 décembre.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi