Après les Etats-Unis, la Chine développe son propre hélicoptère martien

·2 min de lecture

Un drone conçu pour voler dans les conditions hostiles et l’atmosphère très peu dense de la planète Rouge a été présenté par le Centre chinois des sciences spatiales. Il ressemble ostensiblement à Ingenuity, l’hélicoptère martien fabriqué par la Nasa, qui depuis le printemps 2021 réalise une série d’exploits.

Le Centre chinois des sciences spatiales , le 1erseptembre 2021, qu’il développait un drone pouvant évoluer dans l’atmosphère très tenue de la planète Mars (sa densité équivaut à 1% de celle de la Terre) et qu’un prototype avait passé quelques jours auparavant – le 20 août – la phase finale d’acceptation du projet. Or cette machine ressemble à s’y tromper à "", l’aéronef embarqué dans la mission américaine Mars 2020 sous le ventre du rover Perseverance, qui a atterri sur la planète Rouge en février 2021 !

Le drone conçu par la Chine pourrait être équipé, à terme, d'un spectromètre analysant la géologie martienne. Crédits : NSSC/CAS

Au-delà des attentes initiales

Le drone Ingenuity, pour mémoire, mesure 50 centimètres de hauteur et 1,2 mètre d’envergure, 1,8 kilogramme à la pesée. Il est le premier engin à avoir effectué un vol motorisé sur un autre planète que la Terre. Ce vol inaugural, historique, a été réalisé le 19 avril 2021. Et s’il n’était censé décoller que cinq fois au maximum, le petit hélicoptère de la Nasa a dépassé très largement ces attentes. Il a réalisé à ce jour , parcourant plus de 2,5 kilomètres au total et volant pendant plus d’une vingtaine de minutes. Et sa mission n’est pas terminée.

Le drone Ingenuity a réalisé son vol inaugural le 19 avril 2021. Crédits : Nasa

Un design similaire

Appelé pour le moment "Drone de croisière sur Mars", le prototype qui vient d'être présenté par la Chine possède la même physionomie et architecture générale qu’Ingenuity. Comme celui-ci, il possède quatre pieds servant à stabiliser la machine au sol, deux paires de pâles particulièrement longues ainsi que deux rotors contrarotatifs tournant chacun dans un sens opposé et à très grande vitesse afin de fournir la poussée nécessaire. La Chine envisageait certes, depuis plusieurs années, de faire voler un aéronef sur la planète Rouge – un drone ou un aérostat (ballon). L’Agence spatiale chinoise a même songé, un temps, à intégrer de tels engins dans la mission Tianw[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles