Après plus d'un an sans concerts, Paris s'offre un voyage en Indochine

·2 min de lecture
APRÈS PLUS D'UN AN SANS CONCERTS, PARIS S'OFFRE UN VOYAGE EN INDOCHINE

PARIS (Reuters) - Quelque 5.000 personnes ont assisté samedi à un "concert-test" du groupe Indochine à Paris, dont les résultats épidémiologiques seront observés de près par les scientifiques en vue d'une reprise de la vie culturelle en France après plus d'un an de pandémie de coronavirus.

Pour les spectateurs de moins de 45 ans, l'âge maximal retenu pour participer à l'expérience destinée à évaluer les risques de contagion et à valider le passe sanitaire adopté cette semaine par le Parlement, ce retour de la musique "live" avait un avant-goût de liberté.

"C'est incroyable, ça fait plus d'un an qu'on n'a pas eu de concert, plus d'un an qu'on n'a rien fait", a déclaré à Reuters Sandra Terrin, une Parisienne de 22 ans, dans la queue pour entrer à l'AccorHotels Arena de Bercy.

"C'est un peu le 'retour à la vie normale' et du coup on est un peu moins déprimés. Le fait de revoir des gens, des concerts, de la musique, ça nous fait vraiment plaisir."

Le protocole en vue de ce concert, qui fait écho à d'autres tests du même genre dans d'autres pays européens, a été élaboré par l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) en lien avec le syndicat national du spectacle musical et de variété Prodiss et la Mairie de Paris.

Tous les spectateurs ont été testés négatifs au COVID-19 ces derniers jours et devaient faire un test salivaire en arrivant à Bercy et conserver le masque pendant le concert. Ils seront de nouveau testés dans une semaine afin qu'une comparaison puisse être établie avec un groupe de contrôle de 2.500 personnes qui a assisté au concert derrière son écran.

Lucas Baunèche, 22 ans, veut croire que le concert-test va permettre d'accélérer la reprise de la vie culturelle.

"Beaucoup de gens mettent beaucoup d'espoir sur cette expérience pour voir si ça va être concluant ou pas sur le fait de rouvrir les salles de spectacle, les concerts et tous ces genres d'évènements", a-t-il dit avant d'assister au concert d'Indochine.

"Je pense que ça va faire avancer les choses. On voit que nos voisins européens ont fait la même chose et que ça a été plutôt concluant donc il n'y a pas de raison que ça se passe mal ici!"

L'Assemblée nationale a définitivement adopté cette semaine le passe sanitaire qui sera notamment exigé à partir de la prochaine étape du déconfinement, le 9 juin, pour accéder aux évènements de plus de 1.000 personnes. Les spectateurs devront pour cela présenter soit une attestation de vaccination, soit un test PCR ou antigénique négatif, soit ou un certificat de guérison du COVID-19.

(Antony Paone, édité par Tangi Salaün)