Après la diffusion du documentaire de Marie Portolano, les femmes journalistes libèrent leur parole