Après deux reports consécutifs, le 18e sommet de la Francophonie s'est ouvert à Djerba

via REUTERS - TUNISIAN PRESIDENCY

Après deux reports consécutifs, le premier en 2020, en raison de la crise sanitaire et le second en 2021, sur fond de manifestations en Tunisie contre le durcissement du pouvoir du président Kaïs Saied, le 18e sommet de la Francophonie s'est ouvert ce samedi.

Avec notre envoyée spéciale à Djerba, Clémentine Pawlotsky

C’est la première fois, depuis 2018, que les chefs de d'États et de gouvernement de la Francophonie se réunissent et cela faisait deux ans que l’Arménie attendait de pouvoir passer le flambeau à la Tunisie. C’est désormais chose faite.

Trois personnalités se sont exprimées ce samedi: le président tunisien Kaïs Saïed, le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan et la secrétaire générale de l’organisation, la Rwandaise Louise Mushikiwabo.

Ils étaient tous soulagés que ce sommet puisse enfin se tenir et, à ce propos, le chef de l’État tunisien n’a pas manqué de faire allusion, sans les citer, à ces pays (comme le Canada) qui s’étaient montrés réticents quant au choix de la Tunisie.

« Comme tout le monde le sait, il était question, à des moments difficiles et pour de multiples raisons, d’organiser ce sommet à distance, voire même, pour certains, de l’annuler pour l’organiser ailleurs. Mais notre volonté inébranlable, avec l’appui de nos amis, a fini par l’emporter. Nous voilà réunis aujourd’hui à Tunis et à Djerba », a déclaré le président tunisien.

►À lire aussi : Emmanuel Macron en opération diplomatique au sommet de la Francophonie à Djerba

« Notre organisation doit continuer à évoluer »


Lire la suite sur RFI