Après la démission annoncée du président, une semaine décisive s'ouvre au Sri Lanka

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un week-end historique vient de se dérouler au Sri Lanka avec le départ du président Gotabaya Rajapaksa, chassé par les manifestants. Un temps plébiscité par une large partie de la population, il était devenu la bête noire de tout un peuple, accusé d’avoir liquidé l’économie du pays. Quel est l’état d’esprit des manifestants après ces événements et quels sont les derniers faits politiques ?

Avec notre correspondant régional, Côme Bastin

Pour beaucoup de manifestants, c’est l’aboutissement de trois mois de lutte. Les rassemblements avaient commencé pour protester contre les différentes pénuries et l’inflation qui frappaient le pays mais s'étaient très vite concentrés autour d’un mot d’ordre : « Gota Dehors ! » C’est fait depuis ce week-end, puisque le président Gotabaya Rajapaksa a fui et annoncé sa démission ce samedi 9 juillet. Il l'a d’ailleurs confirmée ce lundi matin auprès du Premier ministre.

Pour autant, les manifestants restent inquiets tant que la démission ne sera pas actée légalement ce mercredi 13, car ils se méfient énormément de leurs dirigeants. À la suite de rumeurs répétées, l’armée vient ainsi de faire un communiqué pour assurer qu’elle n’allait pas attaquer le site où les manifestants sont rassemblés à Colombo.

► À lire aussi : Retour au calme relatif au Sri Lanka, mais la situation reste incertaine

Réconcilier le peuple avec sa classe politique

Témoignage


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles