Après le débat, Bardella sort les rames pour défendre Le Pen sur le prêt russe

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pendant le débat d'entre-deux-tours, Emmanuel Macron a accusé Marine Le Pen d'avoir Vladimir Poutine comme "banquier" à cause d'un prêt contracté par le FN en 2015.

POLITIQUE - La mission du RN au lendemain du débat d’entre-deux-tours? Répondre aux accusations d’Emmanuel Macron sur la “dépendance” de Marine Le Pen vis-à-vis de Vladimir Poutine. “Vous parlez à votre banquier quand vous parlez de la Russie, c’est ça le problème madame Le Pen. Vous ne pouvez pas défendre correctement les intérêts de la France parce que vos intérêts sont liés à des proches du pouvoir russe”, a notamment lancé le président lors de son face-à-face, en référence à l’emprunt contracté par le Front national de l’époque auprès d’une banque russe.

De quoi générer, une nouvelle fois, une opération déminage ce jeudi 21 avril. Pour cela, le président par intérim du Rassemblement national a notamment brandi deux arguments, dont le prix de cet emrpunt. “Ce prêt était un prêt à 6% que nous continuons de rembourser. Permettez-moi de vous rappeler que 6% ce n’est pas vraiment un prix d’ami”, a ainsi d’abord affirmé Jordan Bardella sur le plateau de RMC/BFMTV.

Le chef temporaire du parti d’extrême droite a ensuite également souligné que la banque en question -la First Czech-Russian Bank- avait fait faillite en 2016. “Si elle avait été liée au Kremlin et au pouvoir russe, a priori elle n’aurait pas fait faillite”, veut croire Jordan Bardella.

Ce prêt de plus de 9 millions d’euros a été fait en 2015, pour financer la campagne des régionales de ce qui était encore le Front national. Par la suite, il a été racheté par deux sociétés successives, la dernière en date étant une société d’aéronautique. Selon les révélations de Mediapart, cette société est “dirigée par d’anciens militaires proches des services secrets de l’armée.”

Macron “insulteur public numéro 1”

Emmanuel Macron, dont la gestion de la crise ukrainienne est saluée par l’opinion publique, le sait bien: dans le contexte international, le sujet est sensible pour le parti, qui se voit régulièrement reprocher sa proximité avec le Kremlin depuis le début de la guerre en Ukraine.

Sur RMC, Jordan Bardella a présenté ce prêt comme le résultat d’une manœuvre “politique” contre le parti. “Emmanuel Macron empêche l’opposition que nous représentons de se financer auprès des banques françaises pour se voir reprocher d’aller à l’étranger pour trouver un prêt? Il faudrait faire quoi?”, s’agace le président par intérim du parti.

À l’unisson, les cadres du RN ont dénoncé le “mépris”, ou encore la “mauvaise foi” du président sortant. Jordan Bardella est allé jusqu’à qualifier Emmanuel Macron “d’insulteur public numéro 1”, évoquant les attaques quotidiennes pendant l’entre-deux-tours des macronistes aux lepénistes -qui les leur rendent bien.

Après un débat de 2017 raté, l’équipe de Marine Le Pen a assumé cette fois une position plus calme et sereine afin de tenter d’asseoir sa stature présidentielle. “Il y a eu une certaine tenue à ce débat. il y a eu quelques écarts, quelques tentatives de la part du candidat Macron de déstabilisation, mais globalement (...) le fond a pu être évoqué”, s’est réjoui ce jeudi matin Laurent Jacobelli, porte-parole du RN.

À voir également sur Le HuffPost: De l’Ukraine à sa banque russe, Le Pen ciblée par Macron sur l’international

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Emmanuel Macron l’a attaquée de manière sauvage et violente"

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles