Le site de l'enseignement à distance "est à nouveau opérationnel" mais "pas à l'abri" d'une nouvelle saturation, prévient le directeur du portail CyberMalveillance

Avec le troisième confinement, c’est le retour de l’école à la maison. Mais de nombreux bugs sur le sité dédié à l'enseignement à distance ont été signalés, mardi 6 avril, par des professeurs, parents et élèves, en raison de serveurs numériques inaccessibles ou défaillants. "Le site ['Ma classe à la maison', du Cned] est à nouveau fonctionnel. Les équipes du ministère ont a priori su réagir extrêmement vite", annonce Jérôme Notin, directeur général de cybermalveillance.gouv.fr. Toutefois, il reste prudent : "On n'est pas à l'abri d'une nouvelle tentative, a minima, de saturation du serveur web du ministère." Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, qui avait assuré que tout était "prêt" pour ce nouvel épisode d'école à distance, a précisé que toutes les académies et régions n'avaient pas été touchées de la même manière. Il a pointé du doigt auprès de franceinfo "des attaques informatiques apparemment venues de l'étranger pour empêcher les serveurs de fonctionner". Jérôme Notin avance lui aussi plusieurs hypothèses sur ces cyberattaques présumées. "Les motivations de ce type d'attaques en général sont soit une demande de rançon – ce qui n'a pas été le cas pour le ministère (…) – soit idéologiques ; peut-être que des étudiants, des collégiens se sont ligués pour louer ce réseau de machines zombies qui va ensuite attaquer les serveurs du Cned."