"Après le Covid, la France face à sa révolution économique"

·1 min de lecture

Gabriel Gaspard, chef d’entreprise à la retraite, docteur en informatique des organisations et spécialiste en économie financière, estime que sans alourdir l'endettement extérieur, il est possible de sortir la France du marasme économique.

L'heure de vérité pour la France arrive. Les États-Unis vont investir 1 900 milliards de dollars sur huit ans - en créant de l'inflation même provisoire - dans les infrastructures : les transports, l'industrie ou encore les réseaux internet pour améliorer la compétitivité du pays. Pour financer cette mesure, l'impôt sur les sociétés passera de 21 % à 28 % et ceux dont les salaires annuels dépassent les 400 000 dollars paieront sur leurs revenus. " Cela permettra de créer l’économie la plus résistante, la plus forte et la plus innovante du monde. "La France risque de se faire distancer dans l'après-Covid-19. Comme les États-Unis, le Japon avait déjà validé un nouveau plan de 600 milliards d'euros, soit l'équivalent de 13,2 % de son PIB. " Nous avons compilé ces mesures pour restaurer l'économie tout en ouvrant la voie à une croissance plus axée sur les technologies vertes et numériques " a signalé le Premier ministre japonais, Yoshihide Suga. Pour le Japon, la dette est détenue pour plus de 83 % par les Japonais et par 7 % par des étrangers, contrairement à la France où la dette extérieure est détenue à plus de 50 % par des investisseurs non-résidents.Besoin d'investissementsLa croissance ne peut pas tout sans investissement. Sur...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République