Après la COP27, Emmanuel Macron essaie de reprendre l'initiative

© AP/Nariman El-Mofty

Même si la création d'un fonds « pertes et préjudices » constitue une avancée, la COP27 n'a pas permis de donner un nouvel élan à la lutte contre le réchauffement climatique. Quelques heures après l'annonce de l'accord obtenu à Charm el-Cheikh, Emmanuel Macron a donc essayé de reprendre l'initiative.

Le 20 novembre, Emmanuel Macron a annoncé dans un tweet la tenue d'un sommet à Paris avant la prochaine COP, prévue à Dubaï fin 2023, en promettant de travailler avec les partenaires européens « à un nouveau pacte financier avec les pays les plus vulnérables ». Quelques heures plus tôt, en marge du sommet de la Francophonie à Djerba, au moment où la création d'un fonds pertes et préjudices avait été actée, Emmanuel Macron avait estimé que l'idée d'un fonds seul était « insuffisante » et qu'il fallait trouver une meilleure réponse « technique » pour aider les pays les plus vulnérables à faire face au changement climatique. C'est donc dans ce sens que s'inscrit cette initiative.

Pour le président français, la priorité reste la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Une question qu'il entend aussi porter et sur laquelle la COP n'a pas permis d'avancées.

La lutte contre le changement climatique est une priorité politique affichée dans le second mandat du président Macron, sur laquelle il est très attendu sur la scène internationale, mais aussi nationale. Il espère réussir à faire adopter par le Parlement des textes importants sur les énergies renouvelables et le nucléaire.


Lire la suite sur RFI