Après le cessez-le-feu, Gaza pleure ses morts

·1 min de lecture

Le cessez-le-feu est arrivé le 20 mai aussi soudainement que le ciel de Gaza s’est enflammé. Ces 11 jours d’intenses affrontements entre Israël et le Hamas laissent un bilan très lourd : 250 Gazaouis ont été tués, dont 67 enfants. 13 Israéliens ont également été tués. Comme souvent, les combats s’arrêtent lorsque chaque camp peut revendiquer la victoire auprès de son opinion. Dans la bande de Gaza, le Hamas parade dans les rues. Le mouvement islamiste s'est à nouveau repositionné en fer de lance de la résistance palestinienne face à Israël. Mais pour des habitants déjà affaiblis par un blocus strict, cette guerre éclair était inutilement dévastatrice. Ils n'attendent rien de ce cessez-le-feu qu'ils appellent pourtant de leurs vœux. Europe 1 s'est rendu sur place. 

>> Retrouvez les Carnets du monde tous les dimanche de 13h à 14h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici

"C'est un massacre"

Juste après le cessez-le-feu, pour leur première sortie, beaucoup de Gazaouis se sont retrouvés rue Al-Wahda, une des grandes artères commerçantes de Gaza City, dans un quartier chic. Hébétés, les badauds encore sous le choc s'arrêtent devant les ruines. Mohamed est lui aussi venu inspecter les dégâts. Derrière lui, l'immeuble a été à moitié pulvérisé et un escalier pend dans le vide. "Ils ont bombardé plein de quartiers à Gaza. L'Etat d'Israël pense que, comme ça, il fait pression sur la résistance palestinienne pour qu'on finisse par se rendre", dit-il à Europe 1.

Juste en fa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles