Après le Brexit et le Covid-19, le Royaume-Uni souffre d'une pénurie de viande

·1 min de lecture

Le pays de Boris Johnson manque de boucher et de personnels dans ses abattoirs. Les pénuries que subit le Royaume-Uni depuis la reprise économique ont des conséquences sur toute la chaîne alimentaire. Ce qui inquiète à quelques semaines des fêtes de fin d'année.

Avec notre correspondante à Londres, Marie Boëda

Cette année, le repas de Noël risque d'être frugal : pas de feuilletés à la saucisse, pas de jambon. En effet, la préparation de ces produits de fête traditionnels nécessite beaucoup de main-d'œuvre. Or on en manque cruellement. Selon l'industrie porcine britannique, les transformateurs de viande fonctionnent à seulement 25% de leur capacité..

Toute la filière est touchée. On manque de bouchers, mais aussi de personnels dans les abattoirs. Conséquence : des milliers de porcs ne sont pas abattus et les animaux s'accumulent dans les fermes, à tel point qu'on manque d'espace pour les garder.

À écouter : Pénuries au Royaume-Uni: «Pour les politiques, pas facile d'admettre le besoin de main d’œuvre immigrée»

Mille visas pour des bouchers étrangers

Les raisons de cette situation sont connues : la pandémie de Covid-19 et les nouvelles mesures d’immigration plus dures avec le Brexit.

Le gouvernement de Boris Johnson cherche la parade, comme il l'a fait pour le secteur de la volaille et du transport routier. Il pourrait débloquer 1 000 visas pour accueillir des bouchers étrangers dans le pays.

À lire aussi : Face aux pénuries d'essence et de camionneurs, le Royaume-Uni assouplit les règles d’immigrations

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles