Après le bouleau, le chêne, le platane, les graminées... Pour un Français sur trois, c'est la saison des allergies aux pollens

franceinfo
Après le bouleau, le chêne, le platane, les graminées... Pour un Français sur trois, c'est la saison des allergies aux pollens

Les personnes allergiques n'ont pas fini de se moucher. Alors que les allergies aux pollens de bouleaux sont en diminution dans l'air, ils sont remplacés par les pollens de chênes et de platanes, selon le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA). "On va finir la saison du bouleau d'ici une semaine ou deux, selon les régions, a déclaré sa directrice Charlotte Sindt vendredi 14 avril sur franceinfo. Bientôt ce sont les pollens de graminées qui vont arriver, ils seront présents sur toute la France jusqu'au mois de juin."

Les conseils : aérer et se brosser les cheveux

Selon Charlotte Sindt, environ un Français sur trois est victime d'allergies. "Il n'y a pas grand-chose à faire", explique la directrice du RNSA. Néanmoins, elle conseille aux personnes allergiques "d'éviter de faire rentrer des pollens dans leur maison" : "Il faut aérer la maison tôt le matin et tard le soir, se brosser les cheveux quand on rentre et ne pas faire sécher son linge à l'extérieur."

En Provence, la faute aux cyprès

A Marseille, la famille de Jean-Marie, que France Bleu Provence a rencontrée, est particulièrement sensible aux pollens. Avec sa fille Naïs, il prend un traitement pour soigner ses allergies : "Moi, ça me donne des migraines, car les allergies me provoquent des sinusites, raconte Jean-Marie. Cela a même failli me coûter mon boulot, car mon patron trouvait que j'étais malade chaque année à la même période. Il se posait des questions".

J'éternue, j'ai le nez bouché, je tousse... C'est un peu gênant

Naïs, une petite Marseillaise allergique

à France Bleu Provence

Pour le père de famille, comme pour beaucoup de personnes allergiques aux pollens en Provence, ce sont les cyprès qui sont responsables de cette situation : "On avait une douzaine de cyprès sur la terrasse. On les a arrachés".

La pollution, facteur aggravant

La pollution est aussi un facteur qui aggrave le risque (...) Lire la suite sur Francetv info

Perturbateurs endocriniens : un poison au quotidien ?
Un apiculteur raconte comment il a sauvé le tournage de "Mission : Impossible 6" à Paris
Culture : Erik Orsenna raconte les moustiques
Le rendez-vous du médiateur. Une enquête anti-nucléaire ?
Consommation récréative de cannabis : ce que ça a changé aux Etats-Unis

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages