Après le Beauvau de la sécurité, Xavier Bertrand répond à Emmanuel Macron en présentant sa « révolution pénale »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
France Bourgogne Xavier Bertrand visite les viticulteurs de la cote chalonnaise
France Bourgogne Xavier Bertrand visite les viticulteurs de la cote chalonnaise

L’image a beaucoup fait parler hier en clôture du Beauvau de la sécurité à Roubaix : Xavier Bertrand et Emmanuel Macron face à face dans un échange poli mais musclé à propos des annonces du Président de la République. « Merci d’être là et de continuer à proposer sur des sujets qui sont aussi importants » commence, beau joueur Emmanuel Macron.

Le président de la région des Hauts-de-France reste d’abord dans son rôle d’élu local accueillant le chef de l’Etat, « c’est républicain, c’est normal, » avant de changer de casquette et de répondre, cette fois, véritablement en candidat à la présidentielle : « On aura un débat, un vrai débat. J’aurais l’occasion de m’exprimer demain, mais pas aujourd’hui. » Demain, nous y sommes, et Xavier Bertrand semble continuer à répondre à Emmanuel Macron.

« C’est la réponse du berger à la bergère »

Le chef de l’Etat actuel est le seul concurrent à l’élection présidentielle que Xavier Bertrand a nommé dans son discours. C’est bien en opposition à sa politique qu’il a tenté de construire son programme sur la sécurité, « priorité absolue pour la restauration de l’autorité dans notre pays, qui fonde l’idée même de Justice, ce qu’Emmanuel Macron a oublié » attaque dès le début de son discours le président de la région Hauts-de-France. Pour Dominique Estrosi Sassone, sénatrice LR et porte-parole de Xavier Bertrand, « c’est la réponse du berger à la bergère » après la « provocation » d’Emmanuel Macron de donner les conclusions du Beauvau de la sécurité à Roubaix, dans la région des Hauts-de-France présidée par Xavier Bertrand.

Le parti Les Républicains n’a pas encore arrêté sa procédure de désignation de son candidat pourtant Xavier Bertrand se place déjà comme l’adversaire d’Emmanuel Macron, critiquant par exemple « l’instance de contrôle parlementaire des forces de l’ordre » proposée par le chef de l’Etat : « L’annonce d’hier d’un nouvel outil de contrôle des forces de l’ordre participe d’une remise en (...) Lire la suite sur Public Sénat

JO de 2024 : les défis de la lutte contre le dopage

Samuel Laurent : « Twitter, c’est le réseau des gens en colère »

Thierry Vedel : « Les outils numériques ne peuvent pas à eux seuls effacer la défiance des citoyens envers leurs élus »

Thomas Huchon : « Le candidat le plus complotiste pourrait bien être le favori de la présidentielle »

Philippe Moreau Chevrolet : « On ne vend pas un Président comme on vend une paire de Nike »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles