Après avoir acheté son appartement en viager, il tente de l'empoisonner

1 / 2

Après avoir acheté son appartement en viager, il tente de l'empoisonner

"Il ment. Et ses excuses, je n'en ai rien à faire." Ce mercredi, le décor a rapidement été planté aux assises du tribunal d’Aix-en-Provence dans les Bouches-du-Rhône, où s’est ouvert le procès en appel d’Olivier Cappelaere, condamnée en 2019 à 20 années de prison pour avoir tenté d’empoisonner une octogénaire qui occupait en viager l'un de ses appartements.

Malaises à répétition

A la barre, la victime, Suzanne Bailly, aujourd’hui âgée de 90 ans, retrace la chronologie de l’affaire. La genèse remonte au cœur des années 2010, quand le suspect achète, l’appartement de la vieille dame située au Cannet, dans les Alpes-Maritimes, rappelle Le Parisien.   

Très vite, le comportement de l’homme interpelle Suzanne. A plusieurs reprises, elle le surprend à proximité de son domicile sans que sa venue ne soit prévue. Et le 10 février 2015, elle est prise d’un premier malaise accompagné d’une crise de démence après avoir bu un verre d’eau.

"Elle disait qu'on lui avait coupé sa cuisine en deux, que sa baie vitrée était en carton, elle voyait des bêtes au plafond… Quand elle est partie aux urgences, on s'est dit qu'on ne la reverrait plus", détaille une voisine, appelée à témoigner.

Présence d'atropine

Malgré les différents examens passés à l’hôpital, les médecins ne trouvent pas la raison de ces symptômes.

"Ils m'ont passée à l'IRM, au scanner, rien. Ils ont fini par parler d'accident...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi