Après AstraZeneca, le Danemark renonce à un autre vaccin

·1 min de lecture

Après avoir été le premier pays en Europe à abandonner le vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19 en avril, le Danemark a annoncé lundi 3 mai faire également une croix sur un deuxième sérum. Il s'agit de celui de Johnson & Johnson, et cette décision a été prise par les autorités en raison de possibles effets secondaires graves. Le régulateur européen et l'OMS avaient pourtant donné leurs feux verts pour l'utiliser.

"L'autorité nationale de santé danoise a conclu que les avantages de l'utilisation du vaccin contre le Covid-19 de Johnson & Johnson ne l'emportent pas sur le risque de provoquer un éventuel effet indésirable, le VITT (un type très rare de thrombose lié à l'injection du sérum), chez les personnes qui reçoivent le vaccin", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Par conséquent, le Danemark "poursuivra le programme danois de vaccination de masse contre le Covid-19 sans le vaccin de Johnson & Johnson", annonce-t-elle.

Le Danemark, qui figure avec cette décision parmi les premiers à y renoncer dans le monde, n'avait jamais autorisé le vaccin, commercialisé en Europe par Janssen, une filiale de J&J. Son emploi ou non faisait l'objet d'une évaluation depuis mi-avril.

Cette décision va ralentir de quatre semaines la campagne d'immunisation en cours dans le pays nordique, où l'épidémie est considérée comme "sous contrôle" et où la majorité des personnes à risque et des personnels de soin a été vaccinée.

Tous les plus de 16 ans qui le souhaitent devraient désormais pouvoir être (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bernard Tapie lance une nouvelle procédure contre le CDR, le créancier d’Etat
Le maire de Romorantin épinglé pour ses dîners fastueux aux frais de ses administrés
Alpes-Maritimes : attention à l'arnaque à la pomme de terre
Le chef de la diplomatie américaine accuse la Chine "d'agir de manière plus agressive à l'étranger"
Cafés, restaurants… le fonds de solidarité plus facilement accessible en juin