Après une agression à Cholet, deux morts et une personne en urgence absolue

Source AFP
·1 min de lecture
Une double agression a fait deux morts samedi 14 novembre à Cholet et un blessé, en urgence absolue, a-t-on appris auprès du parquet d'Angers, qui fait état de l'interpellation d'une personne sans certifier qu'il s'agit de l'auteur des faits. (Illustration)
Une double agression a fait deux morts samedi 14 novembre à Cholet et un blessé, en urgence absolue, a-t-on appris auprès du parquet d'Angers, qui fait état de l'interpellation d'une personne sans certifier qu'il s'agit de l'auteur des faits. (Illustration)

Une double agression a fait deux morts samedi 14 novembre à Cholet et un blessé, en urgence absolue, a-t-on appris auprès du parquet d'Angers, qui fait état de l'interpellation d'une personne sans certifier qu'il s'agit de l'auteur des faits.

L'arme est « a priori un objet contondant ou coupant. Il n'y a pas de caractère terroriste pour l'instant de revendiqué », a déclaré à l'Agence France-Presse le procureur de la République d'Angers Éric Bouillard, soulignant qu'il était trop tôt pour présenter l'homme interpellé comme l'auteur des faits .

Vers 16 heures, une double agression a été signalée dans un quartier périphérique de Cholet. « On a deux personnes âgées qui sont retrouvées blessées, malheureusement monsieur n'a pas survécu à ses blessures et son épouse est en urgence absolue et a été prise en charge », a déclaré Éric Bouillard.

Le suspect interpellé

De source policière, l'homme âgé de 83 ans a été héliporté vers un hôpital mais est décédé durant le transport. La femme, âgée de 81 ans, a été transportée à l'hôpital mais son pronostic vital n'est plus engagé.

Lors de la deuxième agression, un homme « d'une cinquantaine d'années », en cours d'identification, « a succombé à ses blessures » à la tête, a ajouté le procureur. Cette seconde agression s'est déroulée vingt minutes après la première dans un immeuble proche, rue Delacroix.

Un suspect a été interpellé « parce qu'il pourrait correspondre à un signalement qui nous a été donné ». L'homme vit « dans un [...] Lire la suite