Après 15 ans d'attente, le bras ERA de l'ESA va, enfin, rejoindre la Station spatiale

·2 min de lecture

Le bras robotique ERA de l’Agence spatiale européenne, intégré au module russe Nauka, sera lancé ce 21 juillet à destination de la Station spatiale internationale (ISS). Très en retard sur son planning initial – il aurait dû être lancé en 2007 – ce bras a été construit par un consortium européen, dirigé par Airbus Defence and Space. ERA est dévolu au segment russe du complexe orbital en complément du bras robotique Canadarm2 qui ne peut pas accéder à la totalité de cette partie de l’ISS.

Quant à Nauka, il s’agit d’une mini-station spatiale. Bien que conçu pour de l’expérimentation et zone de vie et de travail pour les cosmonautes, ce module servira également comme port d’amarrage. Il a aussi la particularité d’être doté d’un système GNC de contrôle de navigation et de guidage ainsi que d'un système de contrôle d’attitude. Il peut être utilisé comme une solution de secours par l’ISS et si les Russes décident de séparer la partie russe de l'ISS, comme ils en ont émis l'hypothèse, Nauka pourra être le cœur de leur future station spatiale. Nauka sera installé sur le module Zvzeda, à la place du module Pirs, qui sera désarrimé du segment russe. Pirs était utilisé comme port d’amarrage supplémentaire pour les véhicules Soyouz et Progress, et comme sas de sortie dans l’espace pour les cosmonautes russes. Il sera désorbité par un Progress.

Le bras robotique ERA de l'ESA. Ce bras symétrique est composé de deux bras, de deux coudes ainsi que de deux poignets et mains. Il a été réalisé par un consortium européen dirigé par Airbus. © Roscosmos
Le bras robotique ERA de l'ESA. Ce bras symétrique est composé de deux bras, de deux coudes ainsi que de deux poignets et mains. Il a été réalisé par un consortium européen dirigé par Airbus. © Roscosmos

Un bras complémentaire du Canadarm2

Bien que très différent du Canardam2, ERA sera complémentaire. Long de 11,30 mètres pour un poids de 680 kilos, il peut déplacer des masses très importantes, de trois tonnes en routine jusqu'à huit tonnes en mode lent. Ce bras symétrique et à deux mains peut se déplacer en avant ou en arrière sous son propre contrôle le long de l'ISS, d’une main à l’autre, d'un point fixe à un autre. Les sept...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles