Après un énorme prêt de la Chine pour une autoroute, le Monténégro cherche à rassurer

·1 min de lecture

Après un prêt d'un milliard de dollars de la Chine en vue de la construction d'une autoroute, le Monténégro monte au créneau pour calmer les craintes qu'il suscite... Depuis quelques années, Pékin exerce à grand renfort d'investissements une influence croissante dans les Balkans, région fragile du sud-est de l'Europe où l'Occident a longtemps considéré la Russie comme son rival. Le Monténégro candidat à l'Union européenne avait contracté cet emprunt de 944 millions de dollars (788 millions d'euros) en 2014 auprès de la banque chinoise Exim, suscitant des accusations de corruption et des doutes sur la viabilité du projet.

Le ministre des Finances Milojko Spajic, dont le gouvernement est arrivé au pouvoir l'an dernier après trois décennies de règne du Parti des démocrates socialistes (DPS), a été largement cité par la presse ces derniers jours comme ayant demandé l'aide de l'UE pour rembourser ou refinancer cet emprunt. Bruxelles avait réagi en expliquant n'avoir pas vocation à "rembourser des emprunts contractés auprès de tiers" mais le ministre monténégrin a déclaré à l'AFP avoir été mal compris. "Comme nous l'avons déjà dit, aucune demande de reprise, de paiement ou d'aide pour le remboursement de la dette chinoise n'a été envoyée à la Commission et en conséquence, elle n'a pas pu être rejetée", a-t-il déclaré.

>> A lire aussi - A Pékin, Xi Jinping défend les routes de la Soie

Le petit pays de 600.000 habitants est en capacité de servir l'emprunt, remboursable sur 14 ans à compter (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un Américain risque la prison à Dubaï pour avoir fumé du cannabis avant d’entrer dans le pays
L'Allemagne appelle à un euro numérique, l’Europe doit être "aux avant-postes"
Le nucléaire, énergie durable pour les experts de l’UE : victoire pour la France, les ONG crient au scandale !
Brexit : l'impact sur la City plus important que prévu
Ukraine : la Russie va limiter en Crimée la navigation de navires militaires et officiels étrangers