"Ces approximations sur l'immigration sur France Culture"

·2 min de lecture

André Perrin, agrégé de philosophie et inspecteur d'Académie-Inspecteur pédagogique régional honoraire, analyse un débat portant sur la question migratoire sur France Culture.

Samedi 12 décembre, sur France Culture, l’émission Répliques est consacrée à l’immigration. Y sont reçus Didier Leschi, Directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration et François Gemenne, chercheur « qualifié » à l’Université de Liège. Alain Finkielkraut demande d’emblée à ses interlocuteurs combien il y a d’immigrés en France : peuvent-ils se mettre d’accord sur les chiffres ? Ils peuvent en effet se mettre d’accord sur la réponse, mais c’est manifestement la question qui déplaît au chercheur."Le chercheur s’emporte contre la politique européenne de fermeture des frontières"Celui-ci nous explique que quand on lui demande combien il y a d’immigrés en France, il a coutume de répondre qu’il y en a moins que de gauchers, c’est-à-dire moins de 13%. Là, l’auditeur se demande pourquoi, dans ces conditions, le gouvernement n’a pas créé un Office français de l’intégration des gauchers. Heureusement Alain Finkielkraut lui apporte une réponse : le groupe des gauchers, auquel d’ailleurs il appartient lui-même, n’a pas de problème d’intégration.François Gemenne semble se satisfaire de cette réponse puisqu’il n’insiste pas. Un peu plus loin, le chercheur s’emporte contre la politique européenne de fermeture des frontières qui, nous dit-il, a fait croître l’immigration « dite »...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel BlanquerRentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitairesRentrée obligatoire le 22 juin : "On ne pourra pas accueillir tous les élèves"Ecoles : une distanciation "d'un mètre latéral" entre élèves à partir du 22 juinMercredi 22 avril : Collègues et hiérarchie sont persuadés que l'enseignement virtuel est incompatible avec la poursuite du programme