Les applications chinoises Alipay, CamScanner interdites aux États-Unis, Trump encore à la manoeuvre

·1 min de lecture

Donald Trump poursuit sa croisade contre les applications mobiles chinoises au nom de la sécurité nationale. Le président américain sortant a signé mardi 5 janvier 2021 un décret visant à interdire d'ici 45 jours toute transaction avec huit plateformes de paiement et applications chinois.

Selon le décret signé par Trump, toute personne dépendant de la juridiction des États-Unis ne doit plus faire de transactions avec les applications chinoises dont Alipay, CamScanner ou Shareit. Donald Trump les accuse de récolter lors de ses transactions les données confidentielles des américains pour le compte du pouvoir chinois.

Au travers de ces accusations, l’administration Trump vise la loi chinoise, qui impose aux entreprises du pays de partager leurs données si Pékin leur demande. Mais il n’est pas certain que le président américain réussisse à bannir ces applications des États-Unis. La décision de l’interdiction doit entrer en vigueur après son départ de la Maison Blanche prévu le 20 janvier. Il revient donc au successeur démocrate Joe Biden d’appliquer ou non ce décret.

Autre incertitude ; les sociétés chinoises qui possèdent ces applications peuvent saisir les tribunaux américains à l’image des applications chinoises Tik Tok et Wechat. Ces dernières ont été interdites cet été, par décret, d’opérer aux États-Unis, et les recours en justice leurs ont donné raison. Pour le moment les procédures d'appel du gouvernement n'ont pas abouti.