Application StopCovid : la Cnil va vérifier les données remontées au serveur central

franceinfo avec AFP

Selon la commission, les identifiants pseudonymes des cas contacts remontés par l'application lorsque l'utilisateur se déclare malade ne sont pas encore "à risque", mais "susceptibles d'être à risque".

La Cnil va de nouveau se plonger dans StopCovid. Lundi 22 juin, le gendarme français des données personnelles a annoncé qu'il allait contrôler "dans les prochains jours" le fonctionnement du serveur central de l'application gouvernementale destinée à lutter contre l'épidémie de coronavirus, alors que cette dernière est accusée par des spécialistes de partager plus de données que prévu.

Un chercheur en cybersécurité avait notamment révélé le 11 juin que, selon ses analyses, les utilisateurs de l'application StopCovid qui se déclaraient atteints par la maladie envoyaient à l'autorité de santé "tous les contacts croisés pendant les 14 derniers jours" (délai maximal d'incubation du virus), et non les seuls contacts "à risque" détectés pendant 15 minutes à moins d'un mètre, comme présenté par le gouvernement. Un autre spécialiste de la sécurité informatique a confirmé cette analyse auprès de l'AFP.

"Le sujet est identifié et fait partie du périmètre des contrôles opérés par la Cnil", et notamment ceux qui doivent débuter sur place dans les locaux du responsable du traitement de données "dans les prochains jours", a affirmé lundi à l'AFP le secrétaire général adjoint de la Cnil, Gwendal Le Grand. "On va vérifier quelles données sont envoyées par l'application, ce qui permettra d'évaluer la conformité par rapport au (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi