Apple retarde la mise en place de ses outils contre la pédopornographie

·1 min de lecture

Le groupe à la pomme avait annoncé le 7 aout dernier vouloir installer de nouveaux outils de protection contre la pédopornographie dans un premier temps aux Etats-Unis, sur les iPhone, iPad, iWatch et iMac. Mais l'annonce a déclenché une levée de boucliers. Une lettre ouverte contre ces technologies a été signée par 7 700 personnes dont le lanceur d'alerte et ancien informaticien de la CIA, Edward Snowden. Des pressions qui ont poussé Apple a différer l'installation de sa nouvelle technologie.

Conçus pour détecter les images à caractère pédopornographique impliquant des enfants, sur son serveur iCloud et sur la messagerie iMessage pour les comptes d'enfants liés à un abonnement familial, Apple devait installer ces nouveaux outils lors des prochaines mises à jours de ses systèmes d'exploitation.

Mais très vite Apple s'est trouvée sous le feu des critiques. Le fait de pouvoir intervenir sur la messagerie iMessage où les contenus sont censés être cryptés de bout en bout inquiète de nombreuses ONG de défense de la vie privée mais aussi des chercheurs qui craignent que ce type d'outils puissent être utilisés à d'autres fins. Pressé d'éteindre la polémique, Apple annonce vouloir apporter des améliorations à ses outils de protection et remet à plus tard leur installation.

C'est un revers pour la marque à la pomme qui a fait de la protection des données de ses utilisateurs un argument de vente majeur ces dernières années. Après avoir lutté contre tous ceux qui tentaient de contourner son système de cryptage pour accéder à des messages privés, Apple tente de rassurer ses abonnées en affirmant que ces nouveaux moyens de protection ne fragiliseront en rien son système et continueront à en assurer la confidentialité.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles