Apple ouvre l'accès aux paiements sur les iPhones pour répondre aux préoccupations de l'UE en matière de concurrence

Apple ouvre l'accès aux paiements sur les iPhones pour répondre aux préoccupations de l'UE en matière de concurrence

Les engagements pris par le géant de la technologie, Apple, pour ouvrir l'accès à ses rivaux à une technologie standard utilisée pour les paiements sans contact avec les iPhones - "tap and go" - étaient suffisants pour répondre aux préoccupations de la Commission européenne en matière de concurrence, a déclaré l'exécutif de l'UE ce jeudi 11 juillet.

La Commission a constaté, dans le cadre d'une enquête ouverte, en juin 2020, que l'exclusion des concurrents d'Apple Pay du marché limiterait l'innovation et le choix pour les utilisateurs de portefeuilles mobiles iPhone.

Elle a affirmé qu'Apple a abusé de sa position dominante en refusant de fournir la technologie de "communication en champ proche" aux développeurs de portefeuilles mobiles concurrents et en autorisant uniquement Apple Pay à accéder au matériel et au logiciel d'Apple sur iOS pour effectuer des paiements dans les magasins.

Les banques et d'autres rivaux potentiels ont fait valoir qu'il était injuste qu'ils soient contraints d'utiliser des logiciels contrôlés par le géant de la technologie.

En janvier, Apple a proposé des engagements pour répondre aux préoccupations de la Commission. L'exécutif européen a ensuite consulté les banques et les développeurs d'applications pour tester ces engagements en février de cette année.

À la suite de cette consultation, Apple a proposé des mesures correctives supplémentaires, notamment la possibilité d'effectuer des paiements à l'aide d'applications de paiement sur d'autres terminaux certifiés par l'industrie, tels que les téléphones des commerçants ou les appareils utilisés comme terminaux, ainsi que la possibilité pour les utilisateurs de définir plus facilement leur application de paiement par défaut.

Margrethe Vestager, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la concurrence, a signalé, lors d'une conférence de presse tenue ce jeudi 11 juillet, que les engagements étaient désormais juridiquement contraignants en vertu des règles de l'UE en matière d'ententes et d'abus de position dominante.

"Ils ouvrent la concurrence dans ce secteur crucial en empêchant Apple d'exclure d'autres portefeuilles mobiles de l'écosystème de l'iPhone. Dorénavant, les concurrents pourront concurrencer efficacement Apple Pay pour les paiements mobiles effectués avec l'iPhone dans les magasins. Les consommateurs auront le choix entre un plus grand nombre de portefeuilles mobiles sûrs et innovants", précise Margrethe Vestager.

Apple a jusqu'au 25 juillet pour mettre en œuvre ses engagements. Ceux-ci seront en vigueur pendant les dix prochaines années, et la Commission continuera à les contrôler. Si l'entreprise ne respecte pas ses engagements, la Commission peut lui infliger une amende pouvant aller jusqu'à 10 % de son chiffre d'affaires annuel total.